Le 6 décembre 2017, Hirotsugu Terasaki, directeur général de la SGI pour la paix et les questions mondiales, a adressé le message suivant à l'ICAN, pour féliciter cette organisation et la remercier d'avoir mentionné la SGI lors de sa cérémonie de remise du prix Nobel de la paix 2017. Il appelle à poursuivre les efforts pour sensibiliser le public au « cauchemar de la théorie de la dissuasion nucléaire » et promouvoir une nouvelle vision de la sécurité.


Message à l'occasion de la cérémonie de remise du Prix Nobel de la paix en l'honneur de la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN)

Au nom de la Soka Gakkai Internationale, je souhaiterais exprimer nos sincères félicitations à l'ICAN pour sa réception du prix Nobel de la paix 2017. L'ICAN a déclaré que ce prix récompense les efforts inlassables de toutes les parties concernées, qui oeuvrent depuis longtemps à l'abolition des armes nucléaires, en particulier les hibakusha et les membres de la société civile en étroite collaboration avec eux. Cette joie partagée inspire un soutien encore plus grand pour leur entreprise.

Depuis 2007, la SGI est fière de travailler en tant que partenaire internationale de l'ICAN pour atteindre notre objectif commun qu'est l'élimination totale des armes nucléaires. À notre grand honneur, nous avons été invités à participer à cette cérémonie de remise de prix historique. Nous voudrions saisir cette occasion pour vous exprimer nos sincères remerciements et réitérer notre engagement à redoubler d'efforts pour la réalisation d'un monde exempt d'armes nucléaires.

Certains suggèrent que l'adoption du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires (TPNW) a creusé la division entre les États dotés d'armes nucléaires et les autres. Nous croyons plutôt que cela donne l'occasion d'identifier des perspectives qui permettront à plusieurs acteurs publics de participer au débat sur l'abolition des armes nucléaires. Nous pouvons en voir les premiers signes.

Le désir de protéger les gens et les biens que nous chérissons est un sentiment humain fondamental. Sur cette base, nous devons trouver de nouvelles voies de coexistence. Nous devons définir une nouvelle vision de la sécurité - une vision qui réunira les points de vue apparemment opposés et qui sera accessible, solide et attractive.

À cette fin, nous devons engager un débat constructif. Nous devons réveiller les gens du cauchemar de la théorie de la dissuasion nucléaire à la lumière d'une nouvelle vision de la sécurité. Le TPNW a défini clairement l'objectif : l'interdiction et l'élimination des armes nucléaires. Nous sommes convaincus que, pour atteindre cet objectif, il n'y a pas d'autre choix que de continuer à persévérer sans relâche tout en renforçant les liens effectifs avec le régime du TNP - pierre angulaire des efforts internationaux en faveur du désarmement nucléaire et de la non-prolifération.

Ce à quoi nous faisons face, en fin de compte, n'est pas une confrontation entre les États nucléaires et les autres. Mais plutôt la confrontation entre la menace des armes nucléaires et le droit à la vie de l'humanité.

Les armes nucléaires sont dangereuses du point de vue de la sécurité. Et inhumaines du point de vue éthique et moral. Ceci les rend inacceptables, quels que soient ceux qui les utilisent. Avec l’accroissement à des niveaux sans précédent des risques géopolitiques d'un conflit nucléaire, il est vital que la conscience du danger qu’elles représentent soit partagée par tous.

Les pratiquants de la SGI dans le monde entier sont déterminés à voir le Traité sur l'Interdiction des Armes Nucléaires (TPNW) devenir un instrument essentiel du triomphe de l'humanité sur ses pulsions autodestructrices. Nous nous engageons à poursuivre nos efforts à cette fin aux côtés de nos amis de l'ICAN et dans le cadre de la société civile mondiale.

Hirotsugu Terasaki,
Directeur général de la SGI pour la paix et les questions mondiales


Traduit du communiqué SGI Congratulates ICAN on 2017 Nobel Peace Prize Ceremony sur le site SGI.org.

Commentaires   

+1 #1 Timothée 30-12-2017 20:38
Monsieur OBA est-il toujours Directeur de la SGI ?
Citer
 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +