Lettre de Betty Mori, membre du consistoire Soka du bouddhisme de Nichiren

Le mois de mai est riche en rencontres majeures sur le plan spirituel entre le maître et le disciple.

Le 3 mai 1960, neuf ans jour pour jour après son maître, Daisaku Ikeda accepte la présidence de la Soka Gakkai, déterminé à vivre ce serment altruiste de Nichiren : « Que les divinités m’abandonnent ! Que toutes les persécutions m’assaillent ! Je donnerai cependant ma vie pour la Loi. »1 Animé de ce puissant engagement, identique à celui de Josei Toda, il consacra sa vie à créer les fondations du kosen rufu mondial.

Le 12 mai 1973, à l’initiative de Daisaku Ikeda, 22 représentants de 13 pays européens se réunirent à Paris pour élaborer les fondations de l’Institut européen.2 Le roman La Nouvelle Révolution humaine en immortalise le but : « C’est dans la perspective du kosen rufu mondial que Shin’ichi3 avait proposé de fonder cet institut, afin d’en faire une union humaniste en Europe (…) alliance spirituelle en faveur du bonheur et de la paix de l’humanité. »4 Shin’ichi proposa que les pays présents restent en contact étroit, pour s’encourager et s’inspirer mutuellement : « Nichiren Daishonin dit : “Je vous confie la propagation du bouddhisme dans votre province.”5 Chaque personne vivant dans un pays ou une région en prend la responsabilité en tant que protagoniste pour l’élargissement du kosen rufu local. (…) Si les pratiquants (…) agissent courageusement en respectant les conditions, coutumes et traditions du pays, et en tenant compte des mentalités nationales et régionales, la paix sera réalisée. »6 Le lendemain, la fondation de l’Institut européen fut officiellement annoncée.

En tant que président honoraire de cet institut, Shin’ichi explicita la mission de chacun : « On dit : “Creuse sous tes pieds, tu trouveras la source.” Il en va de même pour la paix. Elle commence par notre environnement le plus proche. Autrement dit, créer dans l’organisation où vous vous trouvez, un modèle réduit d’harmonie humaine, tissée par des liens d’amitié et de confiance. »7 La paix commence par moi et par mon lieu d’activités bouddhiques.

La SGI Europe actuelle s’étend à 32 pays. En relisant La Nouvelle Révolution humaine, nous comprenons que le point originel d’une telle expansion est l’unité en esprit et en action de Shin’ichi et du Dr Kawasaki8, qui s’exprima ainsi, le 13 mai 1973 : « Je suis déterminé à vous servir corps et âme, vous tous pratiquants d’Europe en déployant toutes mes capacités. »9

Quand une personne commence à agir avec ce cœur, deux, trois, puis cent bodhisattvas sortis de la terre apparaissent. C’est ce qui se passera à l’avenir, nous enseigne Nichiren.

Joyeux mois de mai à tous !


Notes

  • 1. Sur l’ouverture des yeux, Écrits, 283.
  • 2. Institut européen de la SGI (IESGI).
  • 3. Nom du personnage qui incarne Daisaku Ikeda dans La Nouvelle Révolution humaine.
  • 4. Valeurs humaines, hors-série n° 2, p. 98.
  • 5. Les caractéristiques du riz, Écrits, 1124.
  • 6. Valeurs humaines, hors-série n° 2, p. 98.
  • 7. Ibid., p. 100.
  • 8. Nom du personnage, dans La Nouvelle Révolution humaine, qui incarne Eiichi Yamazaki (1923-2000), alors président du mouvement Soka en Europe.
  • 9. Valeurs humaines, hors-série n° 2, p. 100.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +