Lettre de Jean-Claude Gaubert, porte-parole du consistoire Soka du bouddhisme de Nichiren

Chers amis ! Nous voici à mi-parcours de cette année significative dans cette période de la « nouvelle ère du kosen rufu mondial » afin de faire avancer la paix aux quatre coins du monde.

Depuis le début de l’année, chacune et chacun avons remporté des victoires significatives dans nos vies, en développant force et courage sur le chemin de notre révolution humaine et de l’établissement d’un monde meilleur.

Il nous reste certainement beaucoup à accomplir avant la fin de l’année mais n’oublions pas que le temps étant une succession d’instants présents, nos victoires sont contenues dans cet instant. À ce propos, notre maître bouddhique, Daisaku Ikeda, nous encourage : « Le bouddhisme de Nichiren enseigne l’importance du présent et du futur. Le but du bouddhisme et de la foi est pour nous de toujours pouvoir avancer d’aujourd’hui vers demain, rempli d’espoir, en prenant des mesures positives pour l’avenir. Nichiren Daishonin écrit : “Renforcez votre foi jour après jour et mois après mois. Si vous relâchez votre détermination, ne serait-ce qu’un petit peu, les démons l’emporteront.”1 Ne pas avancer, c’est battre en retraite. Continuons à avancer vigoureusement tout au long de notre vie, sur le chemin de l’établissement de la paix (kosen rufu). »2

Lors d’une rencontre avec des pratiquants de la jeunesse francaise, en avril de cette année, le président de la Soka Gakkai, M. Harada, a cité notre maître bouddhique sur la raison du développement de notre mouvement à travers le monde : « Parce que nous attachons la plus haute importance à la personne qui est devant nous. »

Il a poursuivi en expliquant que rencontrer une personne aujourd’hui est une occasion unique qui, peut-être, ne se reproduira pas. Il faut donc y attacher la plus haute importance. Il a ensuite ajouté : « Avançons avec l’esprit de considérer le jour présent comme le dernier jour de notre vie. »

Dans son écrit L’héritage de la Loi ultime de la vie et de la mort (Ecrits, 216) , Nichiren nous enseigne aussi de pratiquer comme si c’était le dernier instant de notre vie. La vie étant une succession d’instants présents, une grande force se manifeste quand nous pensons chaque matin : « Maintenant est le dernier jour de ma vie et je souhaite le terminer avec une entière satisfaction et libre de regrets ! » Portés par cette détermination, nos journées seront créatrices de valeurs.

Avec cet esprit renouvelé, engageons-nous dans cette deuxième partie de l’année afin de remporter une grande victoire pour le 18 novembre, jour célébrant chaque année la création notre mouvement !


Notes

  • 1. Sur les persécutions subies par le Sage, Écrits, 1008.
  • 2. Extrait du discours prononcé par Daisaku Ikeda, président de la SGI, lors de la réunion des dirigeants de la Soka Gakkai, à Tokyo, le 5 décembre 2002.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +