Message du Nouvel An, par Robert Rescoussié, président du consistoire Soka du bouddhisme de Nichiren

Nos meilleurs voeux à chaque personne, à l’occasion de ce Nouvel An 2019.

Le jour de l’an, notre vaisseau « terre » débute une nouvelle révolution autour du soleil. S’ensuivent la transformation de l’hiver en printemps et le renouveau de toute vie. Dans L’héritage de la Loi ultime de la vie et de la mort, Nichiren enseigne :

« Le feu a pour fonction de brûler et d’apporter la lumière. L’eau a pour fonction de nettoyer ce qui est sale. Les vents emportent la poussière et insufflent la vie aux plantes, aux animaux et aux êtres humains. La terre produit les herbes et les arbres, et le ciel apporte l’eau nécessaire à la vie. Il en est de même des cinq caractères de Myoho-renge-kyo. Ils sont le bouquet de bienfaits apporté par les bodhisattvas sortis de la terre, disciples du Bouddha originel. » (Écrits, 218-219)

Ce passage indique que chaque élément – eau, air, terre, feu… – a un pouvoir intrinsèque et une fonction originelle. La nature, l’univers à la fois créateur et œuvre, se meuvent dans une scène gigantesque, en toute harmonie ; au cœur de cette scène se cache une énergie infinie, manifestation de la Loi merveilleuse. Le même principe est inhérent à la vie humaine ; toute personne exerce la force qu’elle possède originellement : sa sagesse, sa force vitale ne sont pas apportées par une source extérieure mais émanent d’elle-même. Quand une personne manifeste le pouvoir de la Loi, elle est un bodhisattva sorti de la terre, apportant le bienfait des cinq caractères de Myoho-renge-kyo.

Les bodhisattvas ont initialement fait un grand vœu qui inclut celui de « sauver d’innombrables êtres humains » et de « parvenir à l’éveil suprême1 » afin de rendre concret l’éveil de tous. Lorsque nous adoptons ce grand vœu, c’est Nam-myoho-renge-kyo, la Loi fondamentale pour parvenir à l’éveil, qui est la force motrice sous-tendant la pratique de bodhisattva.

La réalité actuelle présente de sombres perspectives pour l’avenir. Toutefois, la société, le pays même changent selon l’état de vie de ses habitants. Par la phrase « C’est à partir de cette unique entité de vie que les terres se différencient2 », Nichiren Daishonin nous enseigne que le pouvoir de changer l’environnement existe dans le cœur humain. Notre maître boud dhique Daisaku Ikeda l’explicite ainsi : « Une révolution complète du caractère d’une seule personne peut transformer, non seulement son propre karma, mais le destin d’une nation, voire de l’humanité entière3. » C’est là, le but même de notre pratique bouddhique, qui répond à l’aspiration de tous les êtres humains : vivre un bonheur authentique dans une société de dignité et de paix.

Avec le grand vœu des bodhisattvas sortis de la terre, manifestons le pouvoir inhérent à notre vie par une grande révolution humaine et « apportons » le bienfait des cinq caractères de Myoho-renge-kyo.


Notes

  • 1. D. Ikeda, Commentaires des écrits de Nichiren Daishonin - Traité pour ouvrir les yeux, vol 1/2, Acep, p. 80.
  • 2. Enseignements éternels de Nichiren Daishonin, Acep, p. 222.
  • 3. La Révolution humaine, Éditions du Rocher, p. 16.
Ajouter un Commentaire


 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +