Lettre de Betty Mori, membre du consistoire Soka du bouddhisme de Nichiren

En cette « Année de la victoire Soka », accueillons joyeusement ce 3 mai1 2019, Jour de la Soka Gakkai et Jour des femmes du mouvement Soka, qui marque le lancement des conférences des femmes et des jeunes femmes pour la paix.

Tandis que nous nous élançons vers le 18 novembre 2020, clarifions tous les objectifs que nous n’avons pas encore réalisés et récitons Daimoku avec encore plus de force pour expérimenter, de nouveau, le pouvoir du Gohonzon.

« Renforcez votre foi jour après jour, mois après mois2 » nous enjoint Nichiren. Décider de gagner par la foi et prier, sans baisser les bras, jusqu’à un résultat tangible est l’expression d’un courage qui contient le germe de la Victoire. Quand nous sommes confrontés à une difficulté, quelle qu’elle soit, il nous faut, plus que jamais, nous appuyer sur une prière et une détermination puissantes. « Chacun de vous devrait faire preuve du courage d’un roi-lion3 (…) » Un tel courage suscite l’aide et la protection de myriades de bouddhas de tout l’univers.

Notre maître fondateur Daisaku Ikeda nous rappelle, en ce début d’année, la première des cinq orientations qu’il a proposées à toutes les femmes du mouvement Soka, il y a dix ans : « Tout commence par la prière. » La prière, fondée sur la Loi merveilleuse, est un serment. Elle est l’expression d’un esprit déterminé à remporter la victoire coûte que coûte. C’est la conviction que nous pouvons absolument atteindre nos objectifs. C’est la conviction que nous ne pourrons jamais être vaincus. C’est le courage suprême qui barre la route à l’incroyance en notre potentiel. C’est la décision que nous allons nous battre et gagner. Cette conviction, ce courage, cette détermination sont les qualités du bouddha qui transforment le karma en mission. Un tel processus s’opère « au moment où, face à une situation qui semble sans issue, nous prions avec la détermination de ne pas reculer d’un seul pas4 », écrit Kaneko Ikeda dans son récent message.

À l’instar de celle-ci, prenons la décision de devenir des femmes qui récitent d’abondants Daimoku afin que notre nouvelle révolution humaine éclaire, inspire, suscite l’émergence de nombreux jeunes gens de valeur, selon l’un des principes fondamentaux des enseignements bouddhiques : « Lorsque l’état de bouddha jaillit de l’intérieur, cela entraîne la protection de l’extérieur5. »


Notes

  • 1. Josei Toda et Daisaku Ikeda ont accédé à la présidence de la Soka Gakkai un 3 mai, respectivement en 1951 et en 1960.
  • 2. Sur les persécutions subies par le Sage, Écrits, 1008.
  • 3. Ibid.
  • 4. D&E-mars 2019, 59.
  • 5. Les trois sortes de trésors, Écrits, 856.
Ajouter un Commentaire


 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +