Le but de notre pratique bouddhique est de bâtir un état de bonheur éternel dans notre propre vie et d’aider les autres à faire de même. Pour le mois de novembre, étudions, avec des encouragements de Daisaku Ikeda, la deuxième des cinq orientations éternelles de la Soka Gakkai : « la foi pour parvenir au bonheur ».

Extrait n° 1

La deuxième orientation est « La foi pour parvenir au bonheur ». Nichiren commente ainsi un passage du Sûtra du Lotus : « S’il y a cent ou mille personnes qui gardent ce Sûtra, ces cent ou mille personnes sans la moindre exception deviendront bouddhas. » (Wulong et Yilong, Écrits, 1106) Nous pouvons absolument devenir heureux. C’est la promesse de Nichiren.

La foi équivaut à la vie quotidienne. En luttant vaillamment face aux dures réalités de la société, nous agissons en faveur de la Loi et du bonheur des autres êtres humains, faisant ainsi progresser kosen rufu. De tels efforts font apparaître de grands bienfaits dans notre vie. Nous pouvons aussi conduire sur la voie du bonheur d’autres personnes avec qui nous sommes liés. Dans un célèbre passage de ses écrits, Nichiren dit :

« L’hiver se transforme toujours en printemps. Jamais, depuis les temps anciens, personne n’a vu ni entendu dire que l’hiver s’était transformé en automne. De même, jamais nous n’avons entendu parler d’un croyant du Sûtra du Lotus qui se soit transformé en être ordinaire. » (L’hiver se transforme toujours en printemps, Écrits, 539)

Nous sommes résolus à partager cette grande philosophie bouddhique porteuse d’espoir avec le plus grand nombre possible de personnes, afin qu’elles établissent un lien avec le bouddhisme qui les conduira au véritable bonheur et à l’épanouissement.

Le bonheur ne peut pas nous être apporté par les autres ni venir de l’extérieur de nous. C’est quelque chose que nous devons gagner par nous-mêmes, dans notre propre cœur. Comme le dit Nichiren : « C’est le cœur qui est important. » (La stratégie du Sûtra du Lotus, Écrits, 1011) Ailleurs, on peut lire : « Le bonheur provient de notre cœur et nous rend dignes de respect. » (Écrit du Nouvel An, Écrits, 1145) Notre pratique bouddhique nous permet d’approfondir et de fortifier notre cœur au plus haut point.

Le bonheur de chacun contribue à la réalisation de kosen rufu. Le président Toda a déclaré avec humour : « Ce que vous faites pour vous-mêmes est en fin de compte une contribution que vous apportez à kosen rufu et au monde entier. J’espère que vous ferez le plus d’efforts possible dans la foi pour votre bonheur personnel et que vous consacrerez le reste de vos efforts à la progression de kosen rufu. »1

Qu’est-ce qui importe pour parvenir au bonheur ? Nichiren souligne sans cesse l’importance de ne pas se laisser duper ou égarer par des amis de mal, ou des influences négatives, capables de « détruire d’innombrables personnes de bonté » (cf. WND-II, 135, 258).

Dans le Recueil des enseignements oraux, Nichiren dit : « Ku dans le mot kudoku [bienfait] signifie bonne fortune ou bonheur. Cela renvoie aussi à la vertu acquise en éradiquant le mal. » (OTT, 148) Le bonheur, c’est vaincre l’obscurité, ou l’ignorance, inhérente à la vie. Il ne peut y avoir de bonheur authentique sans lutte contre les influences négatives et les fonctions destructrices.

(D’après D&E, n° 290, février 2016, 25-26.)


Extrait n° 2

Aussi pénible ou délicate que soit notre situation, si nous continuons à pratiquer devant le Gohonzon avec une prière concentrée, nous sommes assurés de l’emporter.

Une telle prière forge un esprit indomptable, allume un espoir illimité, apporte une sérénité totale et nous propulse sur la voie d’une progression résolue. C’est la source d’un bonheur sans pareil et l’une des actions les plus nobles que nous puissions accomplir en tant qu’êtres humains. (…) Goûter librement « la joie illimitée de la Loi » (Le bonheur en ce monde, Écrits, 685) correspond à l’état de bouddha. Nous pouvons mener à coup sûr des vies heureuses fondées sur une conviction inébranlable et en accord avec la Loi ultime de l’univers.

(Les Cinq Orientations éternelles de la Soka Gakkai, Acep, 2017, p. 34-35)


Pour aller plus loin...

  • Les Cinq Orientations éternelles de la Soka Gakkai, Acep, 2017, p. 29-46.
  • La Sagesse pour créer le bonheur et la paix, Acep, vol. 1, Le bonheur, « Devenir heureux là où nous sommes maintenant », p. 24 ; « Établir l’état de bouddha en tant que tendance de vie fondamentale », p. 45.
  • La Sagesse pour créer le bonheur et la paix, Acep, vol. 2, La révolution humaine, « Réciter Nam-myoho-renge-kyo est la clé pour changer le poison en remède », p. 121.

Note

  • 1. Traduit de l’anglais. Josei Toda, Toda Josei Zenshu (Œuvres complètes de Josei Toda), Tokyo, Seikyo Shimbunsha, 1989, vol 4, p. 257.
 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +