Pour la réunion de discussion du mois d’octobre, nous vous invitons à dialoguer autour du thème « Bien que nous les appelions des bodhisattvas, ce sont en réalité des bouddhas » à partir de citations extraites de La Sagesse du Sûtra du Lotus.

D. Ikeda : (…) Le Sûtra du Lotus est imprégné de cet immense sens de la responsabilité du Bouddha, de son désir de conduire tous les êtres vers le bonheur pour l’éternité. Les bodhisattvas sortis de la terre concrétisent précisément ce sens de la responsabilité, cette bienveillance et cette sagesse. C’est un rassemblement de personnes bienfaisantes qui contribuent à élever l’état de vie de l’humanité. Nous sommes aux premiers rangs de ces bodhisattvas sortis de la terre. La mission de notre vie est immense !

(…) Bien que nous les appelions des bodhisattvas, ce sont en réalité des bouddhas. D’où viennent-ils, ces bodhisattvas sortis de la terre ? Le grand Maître chinois Tiantai disait qu’ils résident : « … dans les profondeurs ultimes de la vie, c’est-à-dire l’absolue réalité de l’être. »1

Autrement dit, ils représentent la vérité qui existe au plus profond de chaque vie, la Loi fondamentale de Nam-myoho-renge-kyo, la source originelle de l’univers, la force fondamentale de la vie.

(…) tout en goûtant l’état de vie d’une joie et d’une perfection sans limites (celui de la bouddhéité), un bodhisattva entreprend également d’agir, d’aller de l’avant, de s’élever encore plus haut et de conduire toujours plus de nouvelles personnes vers l’illumination. Autrement dit, ils sont dans un état « d’imperfection parfaite ».

Les bodhisattvas sortis de la terre sont ceux qui ne cessent jamais d’agir, en s’appuyant sur la Loi merveilleuse. Faire jaillir cette énergie dans sa propre vie, c’est faire apparaître les bodhisattvas sortis de la terre dans notre être. Lorsque nous le faisons, nous parvenons à briser la coquille du petit moi qui a toujours jusqu’alors emprisonné notre vie.

(…) Cela revient à opérer une révolution dans notre état de vie. Dans une perspective plus large, nos efforts pour inciter d’innombrables bodhisattvas à sortir de la terre, équivalent à une lutte pour changer l’état de vie de la société, pour élever l’état de vie de l’humanité entière. N’est-ce pas cette transformation que symbolise l’image de « sortis de la terre » ?

(…) Le pouvoir des bodhisattvas sortis de la terre est la force fondamentale que nous possédons tous en tant qu’êtres humains de dépasser toutes les différences – qu’elles soient de culture, de sexe ou de position sociale – et de conduire les êtres au bonheur. Nous sommes des personnes ordinaires, simples et sans artifices ; nous sommes pleinement humains et d’un courage sans limite, telle est la fierté des bodhisattvas sortis de la terre.

L’apparition des bodhisattvas sortis de la terre est un événement retentissant, comparable à un tremblement de terre révélant l’immense potentiel de la force vitale sous-jacente. Nous devons permettre au monde entier d’en prendre conscience. La transformation du concept de bouddha, tel qu’on le trouve dans l’enseignement essentiel, correspond à un changement fondamental dans la conception de l’être humain.

(La Sagesse du Sûtra du Lotus, Acep 2012, p. 627-645. Edition 2002 : chap. 23, vol 3. pp. 37 à 64.)


Paru dans Valeurs humaines n°83, septembre 2017.

Notes

  • 1. Hokke Mongu (Commentaire textuel du Sûtra du Lotus), vol. 9.

Le pouvoir des bodhisattvas sortis de la terre est la force fondamentale que nous possédons tous en tant qu’êtres humains de dépasser toutes les différences – qu’elles soient de culture, de sexe ou de position sociale – et de conduire les êtres au bonheur.

A lire dans le numéro de Valeurs humaines du mois de septembre 2017. Valeurs humaines est le mensuel d'étude du mouvement bouddhiste Soka en France. › Abonnez-vous

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +