Au mois de décembre, nous vous invitons à dialoguer sur l’importance de notre détermination pendant la prière, avec la conscience d’œuvrer à la paix. Pour illustrer cela, voici un extrait du livre Le Cœur du Sûtra du Lotus.

« À ce moment-là, l’Honoré du monde, quittant sereinement sa samadhi1, s’adressa en ces termes à Shariputra : “La sagesse des bouddhas est infiniment profonde et incommensurable. La porte de cette sagesse est aussi difficile à comprendre qu’à franchir. Aucun des auditeurs ni des pratyekabuddha ne peut l’appréhender.”2 »

Le président Toda expliqua : « “À ce moment” se réfère au concept de temps tel qu’il existe en bouddhisme. Ce concept est différent de celui que l’on emploie dans notre vie quotidienne pour indiquer, par exemple, qu’il est deux ou trois heures ou que l’on est au printemps.
“À ce moment” ne se rapporte pas non plus à cette notion de temps caractéristique des contes de fées qui s’ouvrent par “Il était une fois”. Le temps, tel qu’on l’entend ici, correspond au moment où le Bouddha, percevant le désir profond des êtres humains de connaître la Loi, apparaît afin d’exposer son enseignement. » (…)

« Pourquoi les êtres humains souffrent-ils ? » « Que recherchent-ils ? » « Quel est l’enseignement qui leur permet d’être heureux et à quel moment faut-il l’exposer ? » Le Bouddha réfléchit constamment à ces questions et expose la Loi librement, en accord avec le temps. En ce sens, « connaître le temps » revient aussi à comprendre le cœur des gens. (…)

[On] peut dire aussi que « ce moment » est celui où les disciples de Nichiren se dressent tous ensemble avec leur maître pour réaliser kosen rufu.

Du point de vue de notre pratique, je tiens donc à préciser que « ce moment » n’apparaît que lorsque nous pratiquons devant le Gohonzon avec détermination et conscients de notre mission pour kosen rufu. Décider, prier et agir, c’est la seule façon de transformer notre environnement. Sinon, même au bout de cinq ou dix ans, « ce moment » ne se produira jamais. C’est notre détermination inébranlable à réaliser kosen rufu, et cela seulement, qui crée le « temps ».

« Ce moment » est celui où nous mettons notre vie en action, où nous nous dressons sur la base de notre propre détermination et de toutes nos forces. « Ce moment » est celui où nous faisons jaillir une foi solide et prenons notre place sur la grande scène de kosen rufu.

Goethe écrit : « Le moment seul est décisif ; il fixe la vie de l’être humain ; il établit sa destinée future. » « Ce moment » est celui où vous décidez du plus profond de votre cœur : « Désormais, je vais me dresser et lutter ! » À partir de cet instant, votre destinée change, votre vie se développe. L’histoire commence.

(Le Cœur du Sûtra du Lotus, Daisaku Ikeda, Acep, p. 23-25)


Paru dans Valeurs humaines n°85, novembre 2017.

Notes

  • 1. Samadhi : terme sanskrit signifiant : méditation profonde, concentration.
  • 2. SdL-II, 43.

Décider, prier et agir, c’est la seule façon de transformer notre environnement. (...) C’est notre détermination inébranlable à réaliser kosen rufu, et cela seulement, qui crée le « temps ».

A lire dans le numéro de Valeurs humaines du mois de novembre 2017. Valeurs humaines est le mensuel d'étude du mouvement bouddhiste Soka en France. › Abonnez-vous

Commentaires   

0 #1 Patty 06-12-2017 21:50
Merci pour ce message qui m'apporte une force supplémentaire pour atteindre la bouddhéité, ici et maintenant, dans la prière et l'action. Mes épreuves actuelles sont dures mais je fais mon possible pour les affronter et j'espère les dépasser... NMHRK
Citer
 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +