Le colloque « Religion et non-violence : les fondements doctrinaux et leur application dans la vie quotidienne » s'est déroulé le 29 juin 2003, au centre culturel européen de la SGI à Trets (Bouches-du-Rhône).

Des pratiquants de traditions religieuses juives, musulmanes et chrétiennes étaient invités à rejoindre des pratiquants bouddhistes du mouvement Soka pour échanger leurs points de vue à propos des moyens préconisés par les religions pour contribuer à la paix.

En quoi les religions peuvent-elles contribuer à la paix et comment agir ensemble ?

Les participants

Richard Brahimi : Pratiquant au sein du mouvement bouddhiste Soka depuis trente ans, il a publié en 1996 un livre sur le bouddhisme. Il dirige à Marseille un établissement qui prend en charge des mineurs en grande difficulté et des jeunes délinquants.

Michel Liebermann : Rabbin, il enseigne la philosophie juive médiévale à Aix-en-Provence. Il intervient depuis plus de vingt ans dans des dialogues interreligieux. C’est en milieu hospitalier, au sein des soins palliatifs, qu’il met sa croyance en action.

Pierre Dufour : Chrétien, membre actif du Mouvement pour une alternative non-violente (MAN), membre de l’Assemblée européenne des citoyens et de l’Institut de recherche sur les résolutions non-violentes des conflits.

Mehdi Zougah : Imam à Aix-en-Provence, depuis trois ans, il participe à des dialogues interreligieux dans la région du Vaucluse. Son intervention, pleine de bon sens, apporte un éclairage nouveau sur la notion de non-violence.


Une religion doit contribuer au bonheur des êtres humains. Cette attitude demande courage et persévérance.

 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +