Comment mener sa vie au milieu des diverses influences extérieures, pressions et circonstances changeantes de l’existence ? Comment rester maître de son esprit face à ses propres affects et tendances illusoires ? Pour les réunions de discussion du mois de mai, nous vous proposons de dialoguer autour de ces questions.

Avancer avec un grand but comme point de repère

Victor Hugo écrivit : « Souvenez-vous de votre fier et noble [idéal]. Restez-y fidèle. Là réside la liberté : là réside le salut. » Une vie noble consiste à se consacrer à la réalisation d'un vœu noble.
Nichiren Daishonin écrivit que l'esprit des êtres humains est traversé de huit millions quatre mille pensées en un seul jour et une seule nuit, pensées qui peuvent être la cause d'un karma négatif (GZ, 823). Notre esprit peut facilement être perturbé par des influences extérieures, et nous pouvons changer d'avis avec une rapidité vertigineuse. Rien n'est moins sûr ni moins digne de confiance. C'est pourquoi il est si important de faire le vœu d'atteindre un but. Ceux qui chérissent un but et s'efforcent de le réaliser sont forts, sincères et authentiques, et peuvent connaître dans la vie de profondes satisfactions et parvenir à de grands accomplissements.
[Daisaku Ikeda, « Avec confiance, s’engager à obtenir la victoire », D&E-septembre 2007, 117.]

Points d’étude

• La foi dans la Loi bouddhique pourrait être comparée à un « véhicule », ou à un navire, nous conduisant en sûreté vers la réalisation de notre bonheur et de celui des autres. Nichiren cite le grand maître Miaole, qui déclare : « Même une seule phrase profondément gravée dans notre cœur nous aidera immanquablement à atteindre l’autre rive.1 Méditer sur une phrase et la mettre en pratique revient à naviguer. » (Écrits, 33)

• S’engager auprès d’un maître bouddhique ancre solidement notre vie sur la voie de notre épanouissement humain. C’est le principe de la relation de maître et disciple. Nichiren l’illustre par l’image suivante : « Une mouche bleue, si elle s’accroche à la queue d’un cheval pur-sang, peut parcourir dix mille ri, et le lierre vert qui s’enroule autour du pin peut s’élever jusqu’à une hauteur de mille pieds. » (Écrits, 19)

Boîte à question

  • Un grand but guide-t-il votre vie ? Comment votre philosophie vous amène-t-elle à vivre pour un idéal ?
  • Racontez comment votre pratique spirituelle vous permet de rester maître de votre vie, de ne pas subir les circonstances mais, au contraire, d’être à l’origine d’un changement positif dans votre environnement.
  • Quelles victoires intérieures – des victoires sur vous-même – avez-vous remportées, au fil de votre révolution humaine ?

Pour aller plus loin...

  • Devenir maître de son esprit et ne pas le laisser devenir le maître
    D. Ikeda, Commentaires du traité Sur l’atteinte de la bouddhéité en cette vie, Acep, chap. 6.
  • Shakyamuni encourage Ananda à ne dépendre de rien d’autre que de la Loi bouddhique
    D. Ikeda, La Nouvelle Révolution humaine, vol 3, Acep, p. 209.
  • Dépeindre dans son cœur une vision claire de son idéal
    D. Ikeda, Enseignements éternels de Nichiren Daishonin, Acep, 1998, pp. 152-153.

Paru dans Valeurs humaines n°42, avril 2014.

Notre esprit peut facilement être perturbé par des influences extérieures, et nous pouvons changer d'avis avec une rapidité vertigineuse. (...) C'est pourquoi il est si important de faire le vœu d'atteindre un but.


© Michel Hasson - phototheque.net

A lire dans le numéro de Valeurs humaines du mois d'avril 2014.
Valeurs humaines est le mensuel des associations Soka du bouddhisme de Nichiren. › Abonnement / Achat au numéro

Ajouter un Commentaire


 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +