Mots d’encouragement de Daisaku Ikeda, président de la SGI parus dans le Seikyo Shimbun, quotidien affilié au mouvement bouddhiste Soka au Japon, le 12 août 2011.

Vivre les écrits de Nichiren Daishonin

Dans le passé, quand le Bouddha était encore un mortel [n’ayant pas atteint l’Eveil], à une époque confuse et troublée par les Cinq Impuretés1, il nourrissait les pratiquants du Sûtra du Lotus affamés, ce qui lui permit d’atteindre la bouddhéité. Et si les paroles du Sûtra du Lotus sont véridiques, alors grâce au mérite [que vous, Nanjo Tokimitsu avez accumulé en faisant des dons à Nichiren], il ne fait aucun doute que votre défunt père a déjà atteint la bouddhéité.
Le commencement du printemps (WND-II, 982)

Les bienfaits que nous accumulons en nous consacrant à la cause de kosen rufu en cet âge impur et troublé brillent d’un éclat infini – ils brillent tant qu’ils illuminent la vie de nos ancêtres et de nos descendants.
Par conséquent, en tant qu’individus qui œuvrent pour kosen rufu avec la SGI, nos prières sont en elles-mêmes l’offrande suprême que nous puissions faire pour le bonheur de ceux qui sont décédés. Il est indubitable que les membres défunts de notre famille et nos proches ont déjà atteint la bouddhéité.
Réciter Nam-myoho-renge-kyo est la manière authentique de conférer des bienfaits aux défunts en accord avec l’esprit essentiel du bouddhisme de Nichiren Daishonin.

Notes

  • 1. Cinq Impuretés : Aussi, Cinq Souillures. Il s’agit des impuretés de l’époque, des désirs, des êtres vivants, de la pensée, et de la durée de vie.

Ajouter un Commentaire


Commentaires   
0 #1 Sophie 31-10-2020 09:29
Très beau texte pour une cérémonie funéraire.
Citer
 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +