Le mouvement Soka rassemble la grande majorité des pratiquants du bouddhisme de Nichiren en France, soit environ 20 000 personnes actuellement. Sa raison d'être est de faire connaître et donner accès aux enseignements de Nichiren Daishonin à toute personne qui le souhaite, et de la soutenir sur cette voie, dans l'approfondissement des trois piliers que sont la foi, la pratique et l'étude.

La création de valeurs

« Soka » signifie « création de valeurs ». Dans l'esprit humaniste du bouddhisme de Nichiren, le mouvement Soka n'a d'autre visée que le bonheur de chaque personne. Sa mission est de soutenir la vie des gens, en leur permettant d'épanouir leurs qualités humaines et d'établir un bonheur inaltérable par eux-mêmes, tout en contribuant positivement à la société dans son ensemble.

Concrètement, ses activités se situent essentiellement à l'échelle locale, à travers des groupes de pratiquants qui se soutiennent mutuellement dans l'étude et la pratique du bouddhisme de Nichiren et qui tiennent une réunion de discussion mensuelle. On compte environ mille groupes de ce type dans toute la France.

D'autres formes d'activités – telles que réunions d'encouragement, cours et séminaires d'étude, activités bénévoles d'accueil dans les centres, etc. – peuvent également être proposées à ceux qui le souhaitent. En outre, le mouvement bouddhiste Soka organise régulièrement des actions d'intérêt général, pour le bien de la société.

Les trois associations Soka

En conformité avec le droit français, les activités de nature différentes sont prises en charge par des associations distinctes au sein du mouvement. Ainsi, le mouvement Soka est composé des trois associations suivantes :

  • L'Association Cultuelle Soka du Bouddhisme de Nichiren (ACSBN). Association cultuelle (loi de 1905), l'ACSBN organise exclusivement les cérémonies cultuelles (voeux d'engagement, remises de l’objet de culte, mariages, funérailles) ainsi que de l’entretien des centres bouddhiques Soka (lieux de culte).
  • L'Association Culturelle Soka de France (ACSF). Association d’intérêt général (loi de 1901), l'ACSF prend en charge l’organisation des activités culturelles (expositions, conférences, colloques, manifestations culturelles) et d’enseignement (réunions et séminaires d'étude). Elle anime également la Maison littéraire de Victor Hugo, à Bièvres (91).
  • L'Association de Commerce, d’Edition et de Prestations (ACEP). Association fiscalisée (loi de 1901), elle édite des ouvrages sur le bouddhisme ainsi que des périodiques, notamment Valeurs humaines, le mensuel du mouvement Soka. L'ACEP commercialise aussi des accessoires de pratique et propose un service d’hébergement et de restauration au Centre bouddhique Européen de Trets (Bouches-du-Rhône), dans le cadre de séminaires d’étude et de pratique bouddhique.

Le Consistoire national Soka

De plus, un Consistoire national assure la coordination des activités religieuses et la gestion du mouvement. En tant qu'instance religieuse et morale, il représente également auprès des institutions et de l'Etat français les pratiquants du mouvement Soka. Ses membres sont choisis et désignés en raison de leurs qualités et de leur expérience bouddhique, par le Consistoire mondial (art.21 de la Constitution du culte). Actuellement, le Consistoire Soka est composé de six membres :

  • Robert Rescoussié (président)
  • Frédéric Chiba (vice-président)
  • Marie-Elisabeth Mori
  • Réjane Bain
  • Laurent Dervieu
  • Jean-Claude Gaubert (porte-parole)
 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +