Bureau de liaison SGI au Siège des Nations unies, à New-York. [© SGI UN, NY]

La SGI est une association qui oeuvre au respect de la dignité de la vie et, par extension, à l'établissement de la paix dans le monde. Le concept de paix auquel les membres de la SGI dédient leurs activités n'est pas seulement la simple absence de conflit armé, mais plutôt un processus dynamique et interactif qui canalise les tendances autodestructrices de l'humanité vers des objectifs positifs et créatifs.

Les activités de la SGI traduisent un engagement social et humanitaire centré sur la nécessaire résolution des disparités et des conflits. Face à la force destructrice dont est capable l'être humain, il faut répondre en s'efforçant de faire jaillir une force créatrice. La condition humaine est ainsi faite qu'elle possède de manière inhérente la capacité de jouir des créations produites par sa culture ou de propager les ravages de sa propre folie. Une des manières d'aider les individus à reconnaître dignité de leur vie consiste à les mettre en relation avec leur propre créativité, caractéristique de leur humanité.

Le soutien aux Nations unies

La SGI agit concrètement pour promouvoir la paix à différents niveaux, national comme international. Reconnue comme organisation non gouvernementale (ONG) au sein des Nations unies depuis 1983, elle mène de nombreuses actions d'aide aux personnes et aux groupes en grande nécessité. Elle soutient notamment :

  • le Haut Commissariat pour les réfugiés (UNHCR)
  • l'Organisation pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO)
  • le Conseil économique et social des Nations unies (ECOSOC)
  • le Département de l'information publique des Nations unies (UNDPI)

Elle a aussi participé aux sommets de la Terre en 1992 et en 2002.

De plus, chaque année, le 26 janvier, jour anniversaire de la création de la SGI, son président, Daisaku Ikeda, fait une Proposition pour la paix concernant le rôle des Nations unies, le désarmement et l'environnement.

La SGI a reçu, pour sa contribution et les efforts de son président, le Prix de la paix en 1983 et le Prix humanitaire du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés en 1989.

L'action humanitaire

Les pratiquants de la SGI ont organisés des collectes de fonds en faveur des réfugiés asiatiques et africains en 1973, en lançant des campagnes en faveur du Vietnam et de l'Afrique de l'Ouest. Depuis 1975, des activités similaires ont été organisées pratiquement chaque année, au Japon d'abord, puis dans un nombre croissant de pays.

Les sommes réunies ont été remises au Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies (UNHCR) ainsi qu'à d'autres institutions des Nations unies pour acheter du matériel médical et de la nourriture, et pour apporter une contribution aux programmes éducatifs des pays et régions concernés.

 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +