Le centre Bouddhique Soka Européen, à Trets, dans les Bouches-du-Rhône, voit chaque année des pratiquants européens du bouddhisme de Nichiren participer à des séminaires d'étude et de pratique.

Suspension temporaire des plages d'ouverture au public

Pour des raisons de sécurité liées au contexte actuel en France, l’ouverture au public des centres cultuels Soka est suspendue. NB : Cela ne concerne que les plages d’ouverture au public et non l’accès aux centres pour les activités bouddhiques.

Note : Une exception est faite pour les pratiquants venant de Province ou de l'étranger souhaitant visiter le CBSF, à Paris. Prendre RDV pour la visite au +33 1 42 66 57 89.

Adresse
Campagne de Longarel
1655, route de Gardanne
13530 Trets
Tél.: 04 42 61 41 76

Horaires d'ouverture au public
Lundi : de 10h00 à 12h30
Mercredi : de 14h00 à 16h00
Samedi : de 10h00 à 12h30
(Fermeture les jours fériés)

Galerie photos :

Historique du Centre

En 1974, Daisaku Ikeda propose aux pratiquants européens de construire un centre dans le midi de la France, en Provence, à proximité de Marseille. De par sa situation, cette région offrait un lieu idéal pour y développer un centre bouddhique dessiné à toute l’Europe et à l’Afrique. Cette même année, l’Institut européen de la SGI, créé un an plus tôt, acquiert la « Campagne de Longarel », près de la ville de Marseille, non loin de la Méditerranée, qui fut le berceau de l’Antiquité. Ce lieu devient alors un centre accueillant les activités des pratiquants bouddhistes, afin qu'ils puissent développer, selon le souhait de Daisaku Ikeda, « une foi aussi solide que le roc ».

La région de Trets

La région de Trets est une vallée bordée de massifs montagneux : au nord la montagne Sainte-­Victoire, à l’est le mont Aurélien, au sud l’Olympe et la montagne du Régagnas. La mer Méditerranée toute proche relie l’Europe à l’Afrique, l’Occident à l’Orient, et ouvre cette région aux très nombreux peuples et pays situés autour de son bassin.

Trets se trouve donc à la croisée d’importantes et très anciennes voies de communication qui gardent le témoignage du passage de nombreuses civilisations. Parmi les nombreux peuples qui se succèdent, se mélangent, et parfois s’affrontent dans cette région, on peut citer les Ligures, les Celtes, les Grecs, les Romains, les Gaulois. Tous laisseront une trace de leur passage. Ainsi la montagne Sainte-­Victoire doit son nom au général romain Caius Marius qui y remporta une victoire. La ville est située non loin d’une ancienne voie romaine, la voie Aurelia qui reliait Rome à l’Espagne en passant par Arles.

A l’époque gallo-romaine, les Massiliens (habitants de Marseille) se placent sous la protection de Trittia ou Trittis, fille du dieu de la mer Triton, et donne ce nom au marché aux grains situé dans sa région. En même temps, le mot Trittis se doublait d’une nouvelle signification, liée au mot latin triticum : blé. En 1458, apparaît pour la première fois le nom de Très qui se change en Trets à partir de 1664.

Trets est également un lieu de recherche spirituelle avec l’église Sainte-­Marie, la chapelle Notre-­Dame du Puy qui accueille toujours les pèlerins et son ancienne synagogue. Trets fut aussi un havre de protection, un refuge pour les indigents, comme l’indique l’ancien hôpital Saint-­Jacques, crée au XIVème siècle, dont il reste encore aujourd’hui une porte, appelée le « Trou de Madame Lion ».

Les dates clés

  • 1974 - Acquisition de la campagne Longarel (27 hectares). Pose de la première pierre et construction de la première salle de pratique - ce premier bâtiment sera appelé plus tard Centre de pratique et d’étude bouddhique (CPE) grâce à une première contribution spéciale européenne.
  • 1975 - Le 8 septembre a lieu l’inauguration de ce premier bâtiment. 1200 participants viendront aux cours d’été européens. Pendant neuf ans auront lieu des séminaires regroupant 40 personnes ainsi que des cours d’été regroupant de 300 à 1200 personnes (l’hébergement se faisant alors à la Cité Universitaire de Cuques à Aix en Provence).
  • 1976 - Premiers cours d’été européens.
  • 1979 - Un incendie se déclare pendant l’été. 16 hectares sont détruits par le feu.
  • 1980 - Travaux de jardinage autour du mas.
  • 1981 - Première visite de Daisaku Ikeda à Trets le 4 juin. Le 18 janvier, installation du Gohonzon européen.
  • 1982 - Fête culturelle à Trets ouverte aux habitants de la ville (6 000 personnes) en présence du Dr Ferraud et d’un consul du Japon.
  • 1983 - Deuxième visite de Daisaku Ikeda. Une fête culturelle européenne a lieu et regroupe 3000 pratiquants. Une deuxième contribution spéciale est réalisée pour le commencement des travaux de la maison de l’Europe.
  • 1984 - Le 24 août est inaugurée la Maison de l’Europe, dont fait partie le premier bâtiment d’hébergement.
  • 1986 - Pose de la première pierre du centre culturel européen (CCE).
  • 1987 - En juillet est inauguré le deuxième bâtiment d’hébergement.
  • 1988 - Le 3 juillet commencent les travaux du centre culturel européen.
  • 1990 - Le 9 juin est inauguré le centre culturel européen (CPE). La capacité d’accueil de ce bâtiment est de 800 à 1 000 personnes.
  • 1991 - 14 juin, inauguration de la bibliothèque et de la fontaine d’Athènes. 15 et 16 juin, première réunion de la Soka Gakkai internationale (SGI). 17 juin, première réunion des responsables africains et plantation de trois arbres en face de la maison de l’Europe en honneur des trois présidents du mouvement Soka.
  • 1992 - Le 14 juillet, un maison dédiée à l'esprit de maître et disciple est ouverte dans le mas sur le domaine.
  • 1993 - Première fête de l’amitié avec les amis des pratiquants de la région Sud-Est.
  • 1994 - Un drapeau de la communauté européenne est offert à la SGI.
  • 1995 - En février, réfection du restaurant.
  • 1997 - Réfection du CPE.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +