Clark Strand, Réveiller le Bouddha (Comment le dynamisme d’un mouvement bouddhique contemporain est en train de changer notre conception de la religion), Ed. L'Harmattan. [DR]

Ancien moine zen et ex-rédacteur en chef du journal bouddhiste américain Tricycle, Clark Strand a étudié de près le mouvement de la Soka Gakkai internationale (SGI) et publié un livre sur le sujet.

Accessoirement collectionneur de chapelets bouddhiques, Clark Strand découvre un beau jour une photo du juzu1 que le président Josei Toda s'était fabriqué lors de son séjour en prison2 avec les capsules de sa ration quotidienne de lait. Clark Strand s'interroge alors sur ce qui pousse une personne à préférer la prison au reniement de ses convictions — dans le cas de Toda, le refus de la guerre et de la religion d'État qui la justifie.

A l'annonce du décès de Tsunesaburo Makiguchi3, le fondateur de la Soka Gakkai, Josei Toda son disciple, incarcéré avec lui, prend la résolution inflexible de poursuivre son œuvre. Clark Strand rappelle le rôle essentiel que joua, dans la reconstruction puis dans le vaste développement du mouvement, une révélation qu'eut Toda en prison concernant le sens même du mot « bouddha ». Le Sûtra du Lotus est en effet précédé du Sûtra aux sens infinis dans lequelle Bouddha est défini trente-quatre fois par ce qu'il n'est pas, mais pas une seule par ce qu'il est. Après avoir lu trois fois le Sûtra du Lotus de bout en bout et prié pendant des heures, Toda eut un éveil qui changea radicalement la compréhension du message bouddhique. Ce que les textes appellent « le Bouddha » est la vie elle-même, ce moment où une vie individuelle ne fait plus qu'un avec la vie universelle.

Clark Strand demande à une centaine de pratiquants de différentes écoles bouddhiques aux États-Unis et ailleurs : « Y a-t-il dans le bouddhisme un enseignement suffisamment universel pour dépasser les barrières nationales, ethniques, économiques et même religieuses ? »

Certains répondent « le non-soi », d'autres « l'interdépendance », « la sérénité » ou encore « le bouddha Amida » qui, si vous chantez ses louanges, vous fait renaître dans son paradis. Les pratiquants de la SGI, quant à eux, lui répondent « Nam-myoho-renge-kyo, la Loi mystique de la vie ». Il avait suffi aux pionniers du mouvement au Japon d'entendre que la Soka Gakkai donnait l'absolue priorité à la vie, pour qu'ils adhèrent immédiatement à cette philosophie.

Selon Clark Strand, le développement considérable de la SGI est dû au fait qu'elle a su parfaitement allier tradition et modernité, adaptant l'enseignement millénaire du bouddhisme aux conditions de vie propres à notre société contemporaine. Un exemple pour les religions en général, selon lui.

L'auteur compare la propagation du bouddhisme de la SGI à la flamme d'une bougie qui s'allume à la flamme d'une autre, comme le Contact de coeur à cœur qui peut naître au cours d'une discussion et changer le cours d'une vie. Il souligne aussi le rôle considérable joué par le troisième président, Daisaku Ikeda, qui a donné au mouvement une dimension internationale en multipliant les rencontres et les dialogues partout sur la planète. À lire et à faire lire pour mieux comprendre et faire comprendre le mouvement bouddhiste Soka.


Valeurs humaines n°57-58, juillet-août 2015.

Notes

  • 1. Juzu : chapelet utilisé pendant la pratique bouddhique.
  • 2. Du 6 juillet 1943 au 3 juillet 1945.
  • 3. T. Makiguchi décède en prison le 18 novembre 1944. Josei Toda ne l'apprend qu'en janvier 1945.

« Est-ce que le bouddhisme moderne est approprié aux problèmes de la vie quotidienne ? Ou est-ce que le bouddhisme est devenu tellement détaché, silencieux et calme que le Bouddha s’est endormi ? »

• Clark Strand, Réveiller le Bouddha (Comment le dynamisme d’un mouvement bouddhique contemporain est en train de changer notre conception de la religion), Ed. L'Harmattan 2015, 166 pages, 16 €.

› Commander sur le site de l'ACEP

Le développement considérable de la SGI est dû au fait qu'elle a su parfaitement allier tradition et modernité.

Commentaires   

0 #1 boneho 16-12-2016 23:17
La SGI a purifié et redynamisé le bouddhisme orthodoxe par la sagesse éclairée des trois premiers presidents.
Citer
 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +