Quel est le message de Martin Luther King pour ceux qui veulent construire la paix à notre époque ? Intitulé L'espoir de la démocratie, ce dialogue entre Vincent Harding, qui fut le compagnon de route de Martin Luther King, et Daisaku Ikeda, président de la SGI, se penche sur cette question.

Selon ses auteurs, les victoires du Mouvement des droits civiques aux Etats-Unis furent celles d'une conception profonde de la liberté, de l'égalité et d'un changement social non violent qui peut et qui devrait guider nos efforts modernes pour la démocratie. Nous apprenons que les mouvements qui sont fermement enracinés et qui découlent de la profonde expérience et conscience de personnes ordinaires sont indestructibles.

Par dessus-tout, ce livre est un message d'espoir dans les capacités humaines et un appel à réaliser « une communauté aimante » en utilisant toutes nos différences...


Vincent Harding (1931-2014) était le président du projet Vétérans de l’espoir, à l’école de théologie Illif de Denver (Colorado). Ami proche et conseiller de Martin Luther King, il a notamment écrit Hope and History: Why We Must Share the Story of the Movement (Espoir et Histoire : pourquoi nous devons partager l’histoire de notre mouvement).

Galerie :

Légendes :
  1. Le Dr Vincent Harding est accueilli par Daisaku Ikeda à Hachioji, Tokyo, lors d'une de leurs rencontres, en avril 1996. [photo © Seikyo Shimbun]
  2. Vincent Harding, intervenant au Forum annuel du Centre Ikeda pour la paix, le savoir et le dialogue le 6 novembre 2010, sur le thème « Cette noble expérience : développer l'esprit démocratique ». Consulter le site ikedacenter.org (en anglais) pour en savoir plus. [photo © Ikeda Center]

Références : Vincent Harding, Daisaku Ikeda, L'espoir de la démocratie Ed. L'Harmattan 2017. 238 pages, 18 € TTC. ISBN 978-2-343-11268-8

› Découvrez des morceaux choisis de ce dialogue : ici (pdf)
› Commandez l'ouvrage sur la boutique en ligne Acep : ici

King commença à développer [l'idée d'une] « communauté aimante ». Par cela, il voulait dire que le but ultime d’un « guerrier » non violent était de créer une situation dans laquelle les ennemis pourraient devenir des frères et des sœurs, afin que de nouvelles relations puissent s’établir.
Vincent Harding

Ajouter un Commentaire


 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +