Lettre de Réjane Bain, membre du consistoire Soka du bouddhisme de Nichiren

Pour naviguer sur l’océan de la vie, heureusement qu'il y a des mots, des phrases qui nous touchent, nous ébranlent, nous réveillent !

Les paroles philosophiques ou poétiques des grands penseurs sont d’une profondeur inestimable et ont une portée universelle. Elles nous redonnent de la vitalité, de l’espoir, une nouvelle lecture des événements, et particulièrement dans les moments difficiles ou les périodes de réflexion. Nous avons tous des mots qui nous font cheminer. « Le mot, qu’on le sache, est un être vivant »1, proclamait Victor Hugo.

Pour nous, pratiquants du bouddhisme du mouvement Soka, les mots d’encouragements sont des actes puissants, capables de libérer les êtres humains des quatre souffrances. Nous ne sommes jamais seuls avec les paroles du Sûtra, les écrits de Nichiren, les innombrables réflexions et paroles de sagesse que nous a offertes Daisaku Ikeda et les expériences de vie que nous sommes amenés à entendre ou à lire, notamment dans nos publications. Tous ces mots parlent à l’âme et la nourrissent sur le chemin de notre révolution humaine.

Le président Ikeda a dit un jour : « Encore maintenant, alors que j’ai 70 ans passés, les mots de mon maître, Josei Toda, donnés pour m’encourager dans ma jeunesse, résonnent dans ma vie. L’esprit d’encourager l’autre est l’esprit du bodhisattva […] Rien ne me procurera plus de joie que de savoir qu’un lecteur a trouvé dans ce recueil quelque direction significative pour sa vie si précieuse. »2

Une phrase des écrits de Nichiren m’a profondément réconfortée à plusieurs moments de ma vie et permis d’approfondir ma foi jusqu’à la victoire : « Les prières d’un pratiquant du Sûtra du Lotus se réaliseront immanquablement, comme un son est toujours suivi d’un écho, comme une forme est toujours accompagnée par son ombre, comme la lune se reflète dans une eau limpide, comme un miroir recueille les gouttes de rosée, comme un aimant attire le fer ou l’ambre la poussière, et comme un clair miroir reflète la couleur d’un objet. »3

Ces exemples de la sagesse de nos prédécesseurs ou de nos maîtres bouddhiques que nous gravons dans nos cœurs et décidons de mettre en pratique, permettent de traverser les épreuves pour nous épanouir pleinement, tels que nous sommes.

Cette transmission vitale s’est faite jusqu’à nous grâce à l’inséparabilité du maître et du disciple. À nous de continuer à transmettre cet héritage exceptionnel dans un courant ininterrompu, afin de tisser la toile de l’amitié et de la paix pour toutes les générations futures.

Bel été ressourçant à chacune et à chacun, avec beaucoup d’espoir au quotidien !


Notes

  • 1. « Réponse à un acte d’accusation (II) », poème tiré du recueil Les Contemplations.
  • 2. Extraits de la préface du recueil d’encouragements quotidiens de Daisaku Ikeda For Today and tomorrow, Daily Encouragement, datée du 3 mai 1999. Traduction.
  • 3. Sur la prière, Écrits 344.
Ajouter un Commentaire


Commentaires   
0 #1 ISABELLE 04-07-2024 09:30
C'est très très inspirant. Je suis profondément touchée. Merci infiniment Réjane.
Citer
 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +