Brèves SGI

Concert de l’orchestre des cuivres du mouvement Soka de Tohoku, dans un centre de réfugiés

À la suite du séisme et des tsunamis qui ont décimé les régions de Tohoku et de Kanto le 11 mars, les survivants, réfugiés dans des centres, vivent dans l’incertitude de leur avenir. Avec à cœur de vouloir les encourager, 16 membres de l’orchestre des cuivres du mouvement Soka de Tohoku, ont joué dans le lycée de Mangokuura, transformé en abri, dans la ville d’Ishinomaki, préfecture de Miyagi, le 3 avril.

Documentaire “Une révolution silencieuse”

Le Conseil de la Terre et la SGI, en collaboration avec le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), ont produit le film « Une révolution silencieuse ». Ce film de 30 minutes illustre, à travers trois récits, la façon dont des individus en Inde, en Slovaquie et au Kenya sont parvenus à résoudre les problèmes environnementaux locaux.

Des croyants du mouvement Soka au Japon s’engagent dans l’action humanitaire

Plus de deux semaines après le séisme et le raz-de-marée qui ont dévasté le nord-est du Japon, en dépit du fait d’être eux-mêmes victimes de ce désastre, les croyants bouddhistes de la région affectée continuent de déployer des efforts considérables pour soutenir les actions de secours et de reconstruction de leurs régions.

À l’occasion de l’équinoxe du printemps, le mouvement Soka au Japon célèbre des offices religieux pour les défunts

Le 21 mars, le jour de l’équinoxe du printemps, le mouvement bouddhiste Soka au Japon a célébré des offices religieux pour le repos éternel des membres de la famille et amis défunts dans les centres bouddhiques du mouvement Soka et des cimetières à travers le Japon. Des prières bouddhiques ont également été offertes aux victimes du séisme et du tsunami qui ont frappé le nord-est du Japon le 11 mars dernier et pour un prompt retour à la normale des habitants et de la région affectée.

Le contact est rétabli avec les centres du mouvement Soka dans les zones côtières; l’assistance apportée

Suite au séisme qui a dévasté le Japon le 11 mars, M. Kazuo Nirasawa, responsable bouddhique de la région de Tohoku, et M. Akihiko Morishima, responsable préfectoral de Miyagi, ont rencontré Yoshihiro Murai, gouverneur préfectoral de Miyagi, le 15 mars pour lui faire un compte-rendu de l’assistance apportée aux 3000 personnes, pour la seule préfecture de Miyagi, qui ont trouvé refuge dans les centres du mouvement bouddhiste Soka. Ils ont discuté des meilleures façons de coopérer pour apporter un soutien aux victimes du séisme.

Séisme au Japon : Actions humanitaires

Le centre d’urgence de communication du mouvement Soka au Japon, installé au siège de Tokyo, qui reste en collaboration avec les centres Soka servant de centres d’urgence dans toute la région affectée de Tohoku, continue d’apporter de l’aide aux victimes du séisme et du tsunami survenus le 11 mars. L’organisation offre également une assistance d’urgence aux victimes d’un autre séisme qui a frappé la région de Shin’etsu, au centre du Japon, le 12 mars.

Le mouvement Soka au Japon s’engage dans l’aide d’urgence suite au séisme violent dans la nord-est du Japon ; message de Daisaku Ikeda, président de la SGI

Le 11 mars 2011, à 14h46 (heure locale) un séisme d’une magnitude de 9, sur l’échelle de Richter, a touché la côte nord-est du Japon et provoqué ensuite de fortes répliques et des tsunamis dévastateurs. Le mouvement bouddhiste Soka au Japon a immédiatement mis en place des opérations de secours dans les préfectures concernées, concentrées autour de la région de Tohoku, où quelque 3500 victimes ont trouvé refuge dans les centres bouddhiques.

 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +