Le saumon est mon poisson préféré. Ce sont là, bien sûr, mes papilles qui parlent. Mais, depuis que j’ai lu avec ravissement le livre Saumon, du poète coréen Ahn Do-hyun, je ne peux m’empêcher de voir ce poisson d’un autre oeil. En un mot, dorénavant, je considère que le saumon est un être humain comme les autres...

Cette histoire aux allures de conte pour enfant, écrite dans un style simple et limpide, est tout autant destinée aux grandes personnes.

La dimension allégorique est évidente : les saumons, tout comme les êtres humains, semblent être entraînés dans un courant que certains d’entre eux peuvent vivre comme un carcan, une histoire qui n’est pas la leur mais de laquelle ils ne peuvent s’échapper. D’autres y trouvent l’occasion de jouer un rôle qui leur permet de réaliser leurs tendances à l’autorité, à la domination ou son pendant, la soumission.

Quelques-uns, enfin, s’efforcent, en se frottant à cette réalité dans laquelle ils ne nagent pas toujours aisément, de trouver un sens à leur vie. Ils réalisent que, finalement, ce n’est pas forcément dans d’autres eaux, ni sous d’autres cieux qu’il faut aller chercher le bonheur et une raison de vivre.

C’est en vivant que l’on comprend la vie : Vif-Argent, le saumon héros de cette histoire, en fera l’expérience et découvrira tour à tour la peur, la colère, la reconnaissance, l’amour, le courage. Ainsi il fera de chacun de ces sentiments le “combustible” qui lui permettra de remonter le courant et d’atteindre sa raison de vivre, Il se sentira alors en pleine harmonie avec la vie du ban, et avec Emeraude, la rivière qui l’a vu naître, l’a élevé et le verra mourir. Nous retrouvons, dans les péripéties que vit Vif-Argent, des similitudes avec notre propre vie, nos propres interrogations, nos propres combats, nos moments de découragement et l’espoir que, si nous n’abandonnons pas, notre vie sera meilleure.

Ce récit est imprégné de poésie et d’une universelle sagesse. Il nous encourage à rechercher le sens de notre existence.

Pour conclure, je paraphraserais un “révolutionnaire” de l’ancien temps (mai 68) en proclamant : “Nous sommes tous des saumons coréens !”

À propos de l’auteur

Né en 1961, Ahn Do-hyun débute sa carrière littéraire à vingt ans lorsque l’un de ses poèmes est récompensé par un prix dans le quotidien coréen Taegu Maeil. Il a écrit plusieurs recueils de poèmes, des contes pour adultes et des essais. Il a reçu le prix des jeunes poètes en 1996, ainsi que nombre d’autres prix littéraires.


3e Civ n° 566, p.23.


Ajouter un Commentaire


 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +