Lettre de Robert Rescoussié, président du consistoire Soka du bouddhisme de Nichiren.

A vous, cher(e)s ami(e)s, mes respectueuses salutations, mes vœux les plus sincères d’« espoir et de victoires » pour cette année qui s’ouvre devant nous.

Toutes mes félicitations, car « celui qui célèbre ce jour gagnera en vertu et sera aimé de tous, de même que la lune s’arrondit … et que le soleil brille de plus en plus [...] ».1 Cette célébration, dans une période de crise grave et généralisée, revêt une signification exceptionnelle. Elle est pour nous un engagement « des bodhisattvas sortis de la terre à apporter le bouquet de bienfaits des cinq caractères de Myoho-renge-kyo »2, pour 2021 et la décennie qui s'ensuit.

Quand les évènements obscurcissent l’avenir, quand ce qui soutient la vie est menacé de destruction, seuls, un espoir fondé et la conviction de pouvoir transformer les épreuves, peuvent traiter une angoisse dévastatrice qui envahit le cœur. Un trésor inestimable doit alors jaillir du fond du cœur : la capacité de se dresser, avec le pouvoir de Nam-myoho-renge-kyo.

Maître et disciple partageant un même combat, Nichiren Daishonin encourage ainsi l’un de ses disciples, dans un moment crucial : « Si vous deviez tomber en enfer, en raison d’une faute grave, même si le bouddha Shakyamuni m’exhortait à devenir bouddha, je refuserais ; j’irais plutôt en enfer avec vous. Car si vous et moi tombions ensemble en enfer, nous y découvririons le bouddha Shakyamuni et le Sûtra du Lotus. »3

Au fond de tout état de vie, quel qu’il soit, immanquablement, l’état de Bouddha est inhérent, de toute éternité ; en opérant un changement radical dans le cœur, animés de la « foi […] qui tranche l’obscurité fondamentale de la vie »4, alors, « en enfer, nous y découvrons le bouddha Shakyamuni et le Sûtra du Lotus ».5

Les précieux enseignements du Bouddha, les encouragements du maître, exhortent tous les disciples à s’affranchir de leurs limites, à éveiller cet état qui « transforme le destin en mission » et à découvrir le pouvoir du Sûtra du Lotus qui « change le poison en remède ». Lisons donc, dans nos vies, ces enseignements de Nichiren Daishonin : « le bonheur provient de notre cœur et nous rend dignes de respect » ; « ceux qui croient maintenant dans le Sûtra du Lotus attireront le bonheur depuis plus de dix mille ri alentours. »6

Forts de la conviction que « Le Sûtra du Lotus offre un moyen secret de mener tous les êtres vivants à la bouddhéité »7, ouvrons de nouvelles voies dans notre réalité, pour tous, avec à l’esprit que « Lorsqu’une personne capable de montrer une preuve clairement visible dans le présent exposera le Sûtra du Lotus, d’autres y croiront également. »8

J’exprime ainsi mes vœux les plus sincères d’« espoir et de victoires ».


Notes

  • 1. Écrit du Nouvel An, Écrits, 1144.
  • 2. L’héritage de la Loi ultime de la vie et de la mort, Écrits, 219.
  • 3. Les trois sortes de trésors, Écrits, 858.
  • 4. OTT, 54.
  • 5. Les trois sortes de trésors, Écrits, 858.
  • 6. Écrit du Nouvel An, Écrits, 1144.
  • 7. Lettre à Horen, Écrits, 516.
  • 8. Ibid.
Ajouter un Commentaire


 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +