Lettre de Robert Rescoussié, président du consistoire Soka du bouddhisme de Nichiren

Tout d'abord, je vous adresse mes meilleurs vœux pour cette « Année de la jeunesse et du triomphe » !

Confrontés à des défis sans précédent, nous devons, davantage encore, être porteurs d’un grand espoir et concrétiser les enseignements du Bouddha dans notre vie quotidienne. Telle est notre mission en cette période. Afin de l’accomplir au mieux, que notre prière en ce début d’année fasse écho au grand vœu du Bouddha : « permettre aux êtres vivants / d’accéder à la voie inégalée / et d’acquérir rapidement le corps d’un bouddha »2.

Nous lisons quotidiennement ce passage du 16e chapitre du Sûtra du Lotus : « Quand les êtres vivants sont témoins de la fin d’un kalpa / et que tout se consume dans un immense brasier, / cette terre, qui est mienne, demeure paisible et sûre ». Selon Nichiren, ce que voient les êtres humains est l’« immense brasier des désirs terrestres »3, leur propre vie consumée ainsi ; ce n’est pas le monde en soi, mais leur propre vie, consumée par les flammes des souffrances. À l’opposé, le Bouddha décrit ce même monde, tel qu’il le perçoit avec son état de vie sans limite, et exprime son intention de dissiper les illusions des êtres humains et d’élever l’humanité vers le grand état de vie de la bouddhéité, par ces mots : « Cette terre, qui est mienne, demeure paisible et sûre. »4
Ouvrons donc ce même état de vie, dans lequel nous percevons « la réalité » comme la scène de la mission.

Le Sûtra du Lotus enseigne le principe de la transformation de ce monde saha5 en terre de bouddha par « les trois transformations de la terre »6.

Concrètement, notre pratique nous permet de surmonter les trois sortes d'illusions, de transformer notre état de vie, de nous éveiller à la dignité de notre propre vie et de celle des autres. Par notre transformation intérieure, participons au changement de l’environnement dans lequel nous vivons et inspirons profondément notre entourage.

Si le Sûtra du Lotus révèle que tous les êtres vivants possèdent de manière inhérente l’état de bouddha, croire profondément en cette réalité reste la première des difficultés. Nichiren nous exhorte ainsi : « Vous devez faire surgir la foi profonde que Myoho-renge-kyo est votre vie elle-même. »7 Toutes les victoires commencent donc par la prière qui triomphe de l’« ignorance fondamentale ». La clé réside en nous-mêmes.

En cette année 2023, en nous « appuy[ant] sur la puissance du Sûtra du Lotus, […] découvrons sous nos yeux la jeunesse perpétuelle »8 et triomphons de toutes les épreuves ; plus il y aura de personnes qui vivront les bienfaits de la Loi merveilleuse, plus le monde évoluera dans le sens de la paix.


Notes

  • 1. Thème de l’année 2023 au sein du mouvement Soka.
  • 2. SdL-XVI,223.
  • 3. OTT, 136.
  • 4. SdL-XVI, 222.
  • 5. Ce monde, empreint de souffrances. Souvent traduit par « monde de l’endurance ». En sanskrit, saha signifie la terre ; il dérive de la racine qui signifie « supporter » ou « endurer ».
  • 6. Les « trois transformations de la terre » dans le Sûtra du Lotus se concrétisent par la transformation des « trois catégories d’illusions ».
  • 7. Sur l’atteinte de la bouddhéité en cette vie, Écrits, 4.
  • 8. Réponse à Kyo’o, Écrits, 416
Ajouter un Commentaire


Commentaires   
+1 #1 Veronique 11-01-2023 18:20
Merci pour ce merveilleux résumé de la pratique et nous proposant un futur toujours meilleur
Citer
 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +