Lettre de Pierre Charlot, membre du consistoire Soka du bouddhisme de Nichiren

La semaine du 5 janvier dernier n’aurait pu être que dramatique. Cependant, le peuple français, après des mois de division, notamment politique, a su s’unir pour défendre les valeurs de liberté, de non-violence et de paix.

Maintenant, comment redonner espoir aux autres, quand ce grand moment de cohésion nationale, voire internationale sera passé et que la réalité du quotidien reprendra le dessus ? C’est à l’être humain de faire en sorte que ce grand moment ait un futur qui redonne espoir en l’avenir. Pour chacun d’entre nous, c’est faire de ce moment le point de départ vers un engagement encore plus profond, plus vrai. Cet engagement, ce n’est pas seulement à l’intérieur du mouvement Soka, c’est aussi et surtout dans la société, dans la réalité qui est la nôtre. Comment faire rayonner ce bouddhisme humaniste et ses valeurs ? Cela peut paraître difficile, voire impossible ou utopique à certains, cependant, la pratique assidue que nous faisons quotidiennement a pour but d’ouvrir ces portes intérieures hermétiquement fermées. Alors, c’est chacun, avec sa personnalité, sa sagesse et toutes ses qualités qui agira par lui-même et non pour seulement suivre. Chacun sera une cellule en très bonne santé du kosen rufu mondial.

Au Japon, en 1942, à un moment crucial où tous les individus et groupes sociaux devaient obéissance au pouvoir militariste de l’époque, Tsunesaburo Makiguchi et Josei Toda se sont dressés. Ils ont permis à l’école bouddhique de Nichiren, qui s’égarait, de se régénérer, et à son enseignement de se transmettre pour devenir, à notre époque, une religion mondiale sous l’impulsion de Daisaku Ikeda. Le souhait de Nichiren se réalise.

Maintenant, dans notre pays, ce souhait a besoin de s’ancrer dans la réalité de notre société. Elle en a besoin. C’est le courage, la détermination et la révolution humaine de chacun qui permettront de faire vivre la Loi plus largement, mais aussi d’en montrer le pouvoir.

Daisaku Ikeda écrit : « Nous œuvrons sans relâche pour montrer des preuves tangibles de notre victoire dans la société. Partager de telles expériences est une des façons les plus puissantes de faire progresser kosen rufu »1 et : « Une preuve factuelle a plus de force qu’un million de théories pour réaliser kosen rufu. »2

Notre mission de bodhisattva sorti de la terre, c’est d’enraciner profondément et harmonieusement dans la société française les valeurs du bouddhisme de Nichiren, pratiqué au sein de notre mouvement Soka. La transmission de la Loi par des personnes rayonnantes dans leurs actes et leurs paroles est une nécessité.

Dans son message du Nouvel An, Daisaku Ikeda écrit : « Consolidons notre réseau de citoyens du monde bâti sur l’amitié et la confiance, en transcendant les différences ethniques et culturelles. »3

Quelle profonde sagesse nous enseigne notre maître, afin de faire des moments difficiles que nous venons de vivre un espoir pour l’avenir !

Avec courage et détermination, élançons-nous vers ce futur où chacun aura sa place !

Notes

  • 1. D&E-octobre 2012, 57.
  • 2. Cap sur la paix n° 1032, p. 8.
  • 3. Valeurs humaines, janvier 2015, p. 5.

Ajouter un Commentaire


 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +