Mots d’encouragement de Daisaku Ikeda, président de la SGI parus dans le Seikyo Shimbun, quotidien affilié au mouvement bouddhiste Soka au Japon, le 18 juillet 2011.

Vivre les écrits de Nichiren Daishonin

Notre tête correspond à myo, notre gorge à ho, notre torse à ren, notre estomac à ge, et nos jambes à kyo. Ainsi notre corps haut de cinq pieds constitue les cinq caractères de Myoho-renge-kyo1.
Recueil des Enseignements oraux (OTT, 28)

Comme il est infiniment respectable de faire usage de ses capacités intellectuelles et de déployer des efforts concrets pour faire avancer kosen rufu !

Quand nous prions avec sérieux et passons à l’action en faveur de la Loi, du bonheur des autres et du bien de la société, il est impossible que la sagesse illimitée du Bouddha ne jaillisse pas en nous. Notre vie débordera sans aucun doute du puissant état de vie du Bouddha et du courage intrépide d’un Roi-lion. Forts de cette grande conviction, exerçons-nous aujourd’hui encore avec ardeur !

Note

  • 1. Myoho-renge-kyo s’écrit avec cinq caractères chinois, tandis que Nam-myoho-renge-kyo avec sept (nam ou namu étant formé de deux caractères). Dans ses écrits, Nichiren Daishonin utilise souvent Myoho-renge-kyo comme synonyme de Nam-myoho-renge-kyo.

Ajouter un Commentaire


Commentaires   
0 #1 Ghislaine 24-01-2020 20:17
merci pour l'explication de NMHRK
Citer
 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +