Le centre Bouddhique Soka Atlantique, situé à Nantes, dans la Loire-Atlantique, accueille les activités cultuelles des pratiquants de la région depuis le début des années 90.

Suspension temporaire des plages d'ouverture au public

Pour des raisons de sécurité liées au contexte actuel en France, l’ouverture au public des centres cultuels Soka est suspendue. NB : Cela ne concerne que les plages d’ouverture au public et non l’accès aux centres pour les activités bouddhiques.

Note : Une exception est faite pour les pratiquants venant de Province ou de l'étranger souhaitant visiter le CBSF, à Paris. Prendre RDV pour la visite au +33 1 42 66 57 89.

Adresse :
29-31 rue du Général Buat
44000 Nantes
Tél.: 02 40 37 08 11

Horaires d'ouverture au public :
Samedi de 9h30 à 11h30.
(Fermeture les jours fériés)

Galerie photos :

La fabuleuse épopée d'un cinéma de quartier

Si l’on devait résumer en quatre mots l’histoire du bâtiment du Centre bouddhique Soka Atlantique, défi, culture, spiritualité, et partage se révéleraient être les plus opportuns.

A l'occasion de la réouverture de ce centre après travaux, le 31 mai 2014, Daisaku Ikeda écrit : « Le nom même de ce centre, Centre bouddhique Soka Atlantique, exprime votre détermination à prendre vaillamment le large pour le grand voyage de kosen rufu, en brandissant la philosophie bouddhique, sagesse suprême de l’humanité. »

Le fruit d’une passion

Tout commence en 1938 lorsqu’un passionné du Septième Art, un certain M. Damien, décide d’acheter ce qui n’était alors que le terrain vague d’une ferme nantaise. Son rêve ? Construire un cinéma. Mais la Seconde Guerre mondiale éclate, interrompant le chantier de construction, resté au stade de hangar inachevé. Celui-ci sera, un temps, utilisé comme entrepôt de stockage par l’armée allemande sous l’Occupation. Au sortir de la guerre, le propriétaire, touché par la perte de certains membres de sa famille, n’a plus le coeur à l’ouvrage.

Mais, toujours mû par sa vision de départ, il décide de vendre l’édifice inachevé à deux associés, Mme Plantier et M. Voyer, créateurs d’une société dédiée à la construction et à la future exploitation du lieu.

Ce sont les frères Castoni, architectes réputés de l’époque, qui en achèveront la construction. Comme un défi lancé au traumatisme de la guerre, le cinéma « Le Paris » voit finalement le jour en octobre 1947 avec la projection du film Rhapsodie in blue.

Un lieu au rendez-vous du partage et de la culture

Cette date marque le point de départ de l’exploitation de cet espace, futur catalyseur de la vie culturelle foisonnante de Nantes. De 1947 à 1990, celui-ci abritera projections, pièces de théâtre, revues de spectacle, concerts, festivals culturels et conférencesdébats du monde universitaire, politique et religieux. De Gaston Deferre, en passant par Charles Aznavour, Gilbert Becaud, ou encore Diane Dufresnes, nombre de personnalités françaises ont poussé les portes du cinéma « Le Paris ».

Du partage culturel au partage spirituel

Transformé en salon de thé dansant depuis 1990, l’Association cultuelle Soka du bouddhisme de Nichiren en France (ACSBN) acquiert le bâtiment le 31 août 1992. L’ancien cinéma devient un lieu central pour les activités du mouvement Soka de la région nantaise et alentour.

Après onze ans de bons et loyaux services, le consistoire Soka du bouddhisme de Nichiren décide d’entamer des travaux de rénovation en avril 2013. Un défi de un an pour réaménager, remettre aux normes et embellir ce lieu de culte dévoué à la paix. Rouvert aux activités le 3 mai dernier, l’inauguration officielle du nouveau « Centre bouddhique Soka Atlantique » s’est tenue samedi 31 mai 2014.

Les personnes présentes ont pu y découvrir l’intérieur d’un bâtiment refait à neuf. Deux salles, une grande de 450 places et une petite de 170, accueillent des activités. Le bâtiment s’est aussi doté de systèmes de chauffage et d’éclairage plus économes en énergie. Réagencés, l’aménagement intérieur et sa décoration affichent un confort et un accueil plus agréables et chaleureux. Enfin, le centre devient entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite.

En somme, une forme renouvelée afin de perpétuer l’héritage d’un espace qui, depuis soixante-sept ans, s’est fait la mission de réunir humanité, spiritualité, culture et partage sous le même toit.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +