La parabole du joyau sans prix dans la coiffe - 14e chapitre : “Les pratiques paisibles”. [© S. Balasubramani - CC]

Après une bataille victorieuse, un grand Roi-qui-fait-tourner-la-rue récompense ses soldats en leur offrant châteaux, vêtements, or, argent et autres trésors. Il offre avec joie le joyau inestimable caché dans sa coiffe à son meilleur soldat.

“Je commence désormais à prêcher le roi des sûtras”

[L'Ainsi-venu] voit tous ces gens en proie à l'angoisse et à la souffrance en quête de libération (...) et, pour le bien de ces êtres vivants, il prêche diverses doctrines, se servant de moyens opportuns et prêchant ces sûtras. Quand il sait que les êtres vivants ont obtenu grâce à eux une force suffisante, alors, en dernière instance, il prêche pour leur bien le Sûtra du Lotus, comme le roi qui défait son chignon pour en donner l'étincelant joyau.
SdL-XIV, 203-204.

Cette parabole est tirée du 14e chapitre du Sûtra du Lotus, intitulé “Les pratiques paisibles”. Elle compare le Bouddha, luttant contre les rois-démons, à un souverain généreux envers ses sujets. le Bouddha est “roi” de la Loi bouddhique. Il prêche divers enseignements opportuns, puis finit par exposer le Sûtra du Lotus.
Cette parabole indique que le temps est venu pour le Bouddha de transmettre l’inestimable joyau, c’est-à-dire de prêcher son enseignement ultime, le Sûtra du Lotus.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +