La parabole des trois sortes d’herbes médicinales et des deux sortes d’arbres - 5e chapitre : “La parabole des herbes médicinales”. [DR]

La pluie nourrit « les trois sortes d’herbes médicinales et les deux sortes d’arbres » - c-à-d toutes les diverses plantes qui poussent sur Terre - de façon égale, mais elles en tirent des bienfaits différents selon leur espèce, et chacune peut ainsi se développer selon la nature qui lui est propre.

La coexistence dans la diversité - L'impartialité du Bouddha

J'apparais dans le monde comme un grand nuage qui arrose et irrigue les êtres vivants desséchés et fanés (...) Je considère toutes choses comme universellement égales. Je ne favorise ni ceci ni cela, je n'aime pas ceci et ne déteste pas cela. Je n'ai ni avidité ni attachement, et suis sans limites ni entraves. De tous temps, pour toutes choses, je prêche pareillement la Loi ; comme je le ferai à une seule personne, je le ferais à une foule mêmement. (...) je fais pleuvoir la pluie du Dharma sur tous uniformément.
SdL-V, 113-114.

Avec une bienveillance impartiale, la véritable intention du Bouddha est de conduire tous les êtres au Véhicule unique de la bouddhéité. Tel un grand nuage, il dispense dans le Sûtra du Lotus un enseignement qui est le même pour tous. Mais, selon leurs capacités et caractéristiques respectives, les personnes en bénéficient différemment.
Cette parabole montre également la possibilité d’une coexistence harmonieuse des êtres humains et de toutes les formes de vies dans leur diversité.


« Retour au sommaire

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +