Le Sûtra du Lotus est composé de vingt-huit chapitres répartis en huit volumes et se présente généralement accompagné de deux sûtras d'introduction et de conclusion.

Le titre

Le titre sanskrit du Sûtra est Saddharma pundarika sutra. Kumarajiva le traduisit en chinois par Myôhô Renge Kyô. Saddharma signifie « Loi correcte » (Myôhô) et Pundarika signifie « lotus blanc » (Renge).

Pour Nichiren Daishonin, le titre du Sûtra est le condensé de l'ensemble du Sûtra. Il écrit :

Les gens de notre époque considèrent les cinq caractères de Myôhô Renge Kyô comme un simple titre mais ce n'est pas cela. Myohô Renge Kyô est un corps et ce corps a un cœur. Le Grand Maître Tchang-ngan [dans ses commentaires sur l'explication du titre du Sûtra du Lotus donnée par T'ien-t'ai dans le Hokke Gengi] déclare : “ Ainsi [son explication du titre dans] la préface élucide le sens profond du Sûtra [dans son ensemble] et ce sens profond éclaire le cœur du Sûtra. ” Selon cette interprétation Myôhô Renge Kyô n'est pas une simple phrase ou uniquement le sens des mots qui composent cette phrase mais c'est le cœur du Sûtra tout entier.
Ainsi ai-je entendu (L&T-III, 276)

C'est sur cette base qu'il établit la pratique de la récitation de daimoku, ou titre du Sûtra : Nam-myoho-renge-kyo.

Les huit volumes

En Chine et au Japon le Sûtra du Lotus est compilé en huit volumes, chacun comprenant deux à cinq chapitres.

De plus, le Sûtra du Lotus est habituellement accompagné de deux autres volumes : le Sûtra aux sens infinis et le Sûtra de la méditation sur le bodhisattva Fugen. Le grand maître chinois Tiantai considérait ces deux sûtras comme, respectivement, l'introduction et la conclusion du Sûtra du Lotus. Ensemble, le Sûtra du Lotus et ces deux sûtras est appelé le « Triple Sûtra du Lotus ».

Les vingt-huit chapitres du Sûtra du Lotus

La traduction de Kumarajiva du Sûtra du Lotus, telle qu’elle existe aujourd’hui, se compose de vingt-huit chapitres :

  • 1 - Introduction
  • 2 - Moyens opportuns
  • 3 - Analogies et paraboles
  • 4 - Croire et comprendre
  • 5 - La parabole des herbes médicinales
  • 6 - La prophétie délivrée
  • 7 - La parabole de la cité illusoire
  • 8 - Prophétie de l'illumination à cinq cents disciples
  • 9 - Prophétie aux novices et aux disciples confirmés
  • 10 - Le maître de la Loi
  • 11 - L'apparition de la Tour aux trésors
  • 12 - Devadatta
  • 13 - Exhortation à la persévérance
  • 14 - Les pratiques paisibles
  • 15 - Surgir de terre
  • 16 - La durée de la vie de l'Ainsi-Venu
  • 17 - Distinctions des bienfaits
  • 18 - Les bienfaits de la joie ressentie
  • 19 - Les bienfaits du maître de la Loi
  • 20 - Le bodhisattva Jamais-méprisant
  • 21 - Les pouvoirs surnaturels de l'Ainsi-venu
  • 22 - Transmission
  • 23 - Les actes antérieurs du bodhisattva Roi-de-la-médecine
  • 24 - Le bodhisattva Son-merveilleux
  • 25 - La porte universelle du bodhisattva Sensible-aux-sons-du-monde
  • 26 - Dharani
  • 27 - Les actes antérieurs du roi Merveilleux-Ornement
  • 28 - Les encouragements du bodhisattva Sagesse-universelle

Presque tous les chapitres sont constitués d’une combinaison de prose et de passages versifiés. La forme versifiée était utilisée pour faciliter aux adeptes de la religion l’apprentissage par coeur et la mémorisation des enseignements, et les gathas, ou passages en vers, ont probablement été composés en premier. Plus tard, lorsque le Sûtra s’approcha de sa forme définitive, des passages en prose furent ajoutés, qui incorporaient les sections versifiées dans une narration continue.


Extrait de la préface de Burton Watson au Sûtra du Lotus édité aux Indes Savantes.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +