Pour la quinzaine d’étude du mois de mars, nous vous proposons d’aborder le principe du « changement du karma en mission ». Dorénavant, nous étudierons les conceptions bouddhiques extraites principalement du roman La Nouvelle Révolution humaine, de Daisaku Ikeda.

La révolution humaine correspond à la transformation de notre vie et de notre karma. Cela nous permet de parvenir au véritable bonheur et de nous épanouir.
Daisaku Ikeda, D&E-nov. 2017, 38.


Dans le chapitre « Pionniers », du volume 1 de La Nouvelle Révolution humaine, Shinichi Yamamoto1 visite le Brésil pour la première fois. À Sao Paulo, il participe à une réunion de discussion et il répond aux questions des participants. Une femme désespérée qui a perdu son mari, et dont les enfants sont encore jeunes, l’interroge au sujet de son karma. Shin’ichi lui répond.

1er extrait etudié

« Le Bouddhisme enseigne que ses pratiquants ont choisi volontairement de naître dans des circonstances défavorables de manière à pouvoir aider les autres. Cela veut dire que bien que nous ayons accumulé assez de bienfaits par notre pratique bouddhique pour renaitre dans des circonstances favorables en cette vie, nous avons choisi à dessein de naître parmi ceux qui souffrent et de leur enseigner la Loi merveilleuse. »

Shin’ichi Yamamoto poursuivit son explication en utilisant un langage accessible à tous.

« Si une personne qui a toujours vécu comme une reine et a nagé dans l’opulence disait : "Je suis devenue heureuse parce que j’ai commencé à pratiquer", personne ne réagirait. Mais si une personne malade, issue d’une famille pauvre et que tout le monde méprise à cause de cela trouve le bonheur grâce à la pratique et devient une personnalité de premier plan dans la société, ce sera une preuve éclatante de la grandeur du bouddhisme. Ne pensez-vous pas que cela incitera les autres à pratiquer eux aussi ? En surmontant la misère, celui qui a été pauvre peut apporter l’espoir à ceux se débattent dans des difficultés financières. En retrouvant vitalité et bonne santé, celui qui a lutté contre la maladie peut allumer la flamme du courage dans le cœur de ceux qui traversent le même genre de problèmes. En créant une famille heureuse et harmonieuse, quelqu’un qui a beaucoup souffert de la discorde dans son foyer peut devenir un modèle pour d’autres qui vivent des épreuves analogues.

« Vous qui êtes devenue veuve dans un pays étranger dont vous ne parlez pas la langue, si vous devenez heureuse et élevez nos enfants de telle sorte qu’ils deviennent des adultes remarquables vous serez un éblouissant exemple pour toutes les femmes qui ont perdu leur mari. Même ceux qui ne pratiquent pas ce bouddhisme vous admireront et viendront vous demander conseil. Donc, vous voyez, plus profonde et plus grande est la souffrance, plus éclatante est la preuve que l’on peut obtenir des puissants bienfaits du bouddhisme.

« En ce sens, on pourrait dire que le "karma" est un autre nom pour désigner la mission. »
(La Nouvelle Révolution humaine, vol. 1, pp. 256-257)

2e extrait etudié

« Considérée du point de vue profond du bouddhisme, votre souffrance est comparable à celle qu’interpréterait une actrice de théâtre, très bien payée, dans le rôle d’une héroïne de tragédie. Lorsque la pièce est finie, l’actrice rentre chez elle et reprend une vie d’aisance et de confort matériel. C’est la même chose en ce qui vous concerne. L’histoire que vous jouez sur la scène de votre vie aura un dénouement heureux. Il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Il est certain que vous deviendrez heureuse. Je l’affirme avec une conviction absolue. De même qu’une grande actrice a plaisir à jouer un rôle tragique, je vous en prie, surmontez votre peine pour jouer courageusement la superbe pièce de votre révolution humaine.

« Tous les êtres humains sont des pionniers qui traversent les contrées inconnues de l’existence. Il ne dépend que de vous de cultiver et faire s’épanouir votre vie. Vous devez manier la charrue de la croyance, semer les graines du bonheur et persévérer avec acharnement. La sueur des efforts que vous déployez pour kosen rufu se transformera en de précieux joyaux de bonne fortune qui conféreront une éclatante dignité à votre vie pour toute l’éternité. »
(La Nouvelle Révolution humaine, vol. 1, pp. 257-258)




« On peut transformer même une destinée douloureuse en mission. C’est la façon de vivre, avec force et en sachant surmonter les épreuves de la vie, qu’enseigne le Sûtra du Lotus. Ainsi, le chapitre "Maître de la Loi" du Sûtra du Lotus explique-t-il que les grands bodhisattvas, alors qu’ils pourraient renaître sur une terre pure, s’ils le désiraient, choisissent au contraire de naître dans des mondes impurs, afin d’y enseigner le Sûtra du Lotus et d’aider ceux qui souffrent. »
(La Sagesse du Sûtra du Lotus, vol. 1, p. 264)

« C’est une attitude motivée par la bienveillance, le désir de vivre pour et avec les autres. C’est le vœu de renaître parmi ceux dont les souffrances sont les plus grandes. Si l’on cherche le Bouddha, on le trouvera parmi les plus souffrants. La fonction du bouddhisme est de permettre aux personnes qui ont le plus souffert de devenir celles qui seront les plus heureuses. »
(La Sagesse du Sûtra du Lotus, vol. 1, p. 283)

« Le bouddhisme de Nichiren est le phare de la révolution humaine qui brille avec toujours plus d’éclat pour diffuser la lumière du courage et de l’espoir parmi les êtres humains, dans le monde troublé d’aujourd’hui. La révolution humaine correspond à la transformation de notre vie et de notre karma. Cela nous permet de parvenir au véritable bonheur et de nous épanouir. »
(D&E-nov. 2017, 38)




Pour aller plus loin...

  • Le Monde des écrits de Nichiren Daishonin, Acep, vol. 2, pp. 171-174.
  • La Sagesse pour créer le bonheur et la paix, Acep, vol 2, chap. 10.

Note

  • 1. Nom de Daisaku Ikeda dans le roman La Nouvelle Révolution humaine.
 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +