[DR]

Économiste et musicien, José Abreu fonde, en 1975, El Sistema, un programme d'éducation musicale destiné à la jeunesse du Venezuela.

Au milieu des années 70, onze enfants se retrouvent pour jouer de la musique dans le garage d'un bidonville de Caracas. La nouvelle se répand comme une traînée de poudre, dans un quartier où règnent en maître la pauvreté matérielle et son cortège de misère. Dans un lieu invisible et souterrain, quelque chose de nouveau et de merveilleux est entrain de naître.

« Dès le départ, j'ai vu la brillante trajectoire future de ce projet. Cela représentait un grand défi, pour moi. J'ai promis à ces enfants que je ferais de cet orchestre l'un des meilleurs du monde. »1, déclare José Abreu2 à l'origine de cette initiative.

« J'ai toujours voulu être musicien. J'ai reçu de mes parents, de mes professeurs et de mon entourage, tout le nécessaire pour y arriver. Toute ma vie, j'ai rêvé que chaque enfant vénézuélien ait la même opportunité que moi. »3

L'éducation musicale des jeunes défavorisés

José Abreu est porté par une conscience aiguë du sens de la responsabilité humaine et par une profonde compréhension du rôle social de la musique. De là est née sa volonté de mettre son talent artistique au service de la société vénézuélienne.

El Sistema, « le système », est un programme éducatif d'accès gratuit à la musique pour des enfants de tous âges, indépendamment de leurs capacités. Il a pour objectif d'initier, grâce à la musique, un changement social, en donnant à chaque enfant des outils et des repères pour se construire et construire la société de demain. Son objectif principal est d'utiliser la musique pour la protection, le développement et l'épanouissement de la jeunesse.

Des séances collectives d'apprentissage instrumental permettent aux enfants de retrouver l'estime d'eux-mêmes, de prendre conscience de leurs qualités, de coopérer et de s'éveiller à la valeur de l'action commune : « L'orchestre est une école de vie où les enfants apprennent à partager des valeurs et une émotion collective tournées vers un but. »4

La portée d'El Sistema

Ce programme éducatif est aujourd'hui connu pour son action de prévention contre la prostitution, la violence, les mauvaises fréquentations, et tout ce qui dégrade la vie des jeunes. Les effets d'El Sistema se font sentir dans trois sphères fondamentales ; l'individu, la famille et la communauté.

Au niveau individuel, « plus que le sport, la musique pénètre l'intime de l'être », déclare Abreu. Elle réveille la dimension spirituelle de l'être humain. Elle participe à la construction de la personnalité de l'enfant, en développant, notamment, curiosité et autonomie.

Dans sa famille, l'enfant joue le rôle de modèle pour ses parents. Il découvre que les autres portent sur lui un autre regard, positif, valorisant, et commence à nourrir des rêves et désespoirs pour lui et ses proches. Tout cela une sociale constructive et ascendante. Plus largement, les orchestres se révèlent des espaces créatifs de culture et d'échanges. Pour José Abreu, un orchestre n'est pas uniquement une structure artistique, c'est un modèle d'école de la vie sociale.

Aujourd'hui, El Sistema rassemble près de trois cent mille enfants vénézuéliens répartis dans cent cinquante orchestres, et touche, par vagues successives, les pays avoisinants, jusqu'en Europe où des programmes similaires sont nés. Fidèle à sa promesse faite aux enfants, l'orchestre de José Abreu a été distingué en 2008, par le London Times, comme l'un des meilleurs mondiaux, arrivant à la cinquième place.


Grâce à El Sistema, José Abreu a initié une lutte pour éradiquer la misère humaine, psychologique et sociale. Il a redonné à l'éducation musicale sa place légitime, non comme le monopole des élites, mais comme un droit social, le droit du peuple. Il a ouvertaux enfants vénézuéliens un avenir brillant d'espoir autre que celui auquel ils étaient destinés.

Citant Arnold Toynbee, qui disait que le monde souffrait non pas d'une crise économique ou sociale, mais d'une grave crise spirituelle, José Abreu rappelle que, pour affronter pareille crise, « seuls l'art, la religion et l'éducation peuvent donner une réponse adaptée à l'humanité, à l'aspiration profonde de l'homme, à l'exigence historique du moment. C'est la voie pour une société plus consciente, plus noble et plus juste.»7 Le voeu que poursuit José Abreu, qui a reçu, entre autres prix, le prix Nobel alternatif en 2001 est l'exaltation de la dignité humaine.


Notes

Pour José Abreu, un orchestre n'est pas uniquement une structure artistique, c'est un modèle d'école de la vie sociale.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +