L’homme de Vitruve, Léonard de Vinci, c 1492. Plume, encre et lavis sur papier. Gallerie dell'Accademia de Venise, Venise, Italie. [Luc Viatour / Domaine public]

L'être humain peut-il se changer lui-même ? L'essence du bouddhisme de Nichiren consiste en la « révolution humaine ». Cette expression, inventée par Josei Toda, deuxième président fondateur de la Soka Gakkai, décrit le processus de transformation intérieure réalisé par une personne engagée sur la voie bouddhique.

La révolution humaine consiste, sur la base de la pratique bouddhique, à défier ses circonstances extérieures, tout en se libérant des vues et attachements étroits de son « petit ego », afin de se construire un bonheur inaltérable. En d’autres termes, il s’agit du plus grand développement humain que l'on puisse accomplir – la réalisation du « grand Soi » – c’est-à-dire l'épanouissement complet de sa sagesse, de sa bienveillance et de son courage inhérents.

De plus, une telle transformation dans la vie d'une personne influe positivement sur son environnement, pouvant aller jusqu'à entraîner un changement à l’échelle globale. Comme l’écrit Daisaku Ikeda dans son roman La Révolution humaine :

La révolution humaine d’un seul individu contribuera à changer la destinée d’un pays et, par voie de conséquence, celle de l’humanité toute entière.

Transformer sa vie en profondeur

La question de savoir comment amener un changement positif chez l’être humain a donné naissance à de nombreuses théories. Bien entendu, la discipline et les efforts conscients sur soi-même peuvent produire une certaine amélioration du caractère. Mais on sait à quel point la volonté peut nous faire défaut ou nous échapper au moment crucial, tant que nous n’avons pas changé la cause intérieure sous-jacente à notre faiblesse ou souffrance.

La révolution humaine consiste donc à transformer sa vie au niveau le plus profond. Cela implique d’identifier et de défier ses tendances négatives et destructrices et de mettre à profit et renforcer ses qualités. Tel est l’objectif fondamental de la pratique bouddhique.

Le bouddhisme enseigne qu’il existe un état de vie pur et positif au plus profond de la vie de chacun. Cet état de vie, appelé l’état de bouddha, est caractérisé par les qualités de bienveillance, de sagesse et de courage, qualités qui permettent de créer des valeurs à partir de n’importe quelle situation. Nichiren Daishonin a réalisé qu’un puissant processus de transformation se met en marche lorsque nous activons cet état en nous, par la récitation de Nam-myoho-renge-kyo.

Ici et maintenant

De plus, à l’instar d’une fleur de lotus s’épanouissant sur un étang marécageux, les conditions adverses peuvent être l'occasion d'une grande transformation intérieure.

C’est ici et maintenant, tels que nous sommes, que nous pouvons manifester notre état de bouddha. La sagesse de cet état permet de considérer les circonstances malheureuses comme des opportunités pour engager notre révolution humaine et ainsi accomplir un grand développement personnel.

En outre, lorsque nous allons au-delà de nos préoccupations personnelles et que nous agissons pour le bien d'autrui, ce processus est renforcé et accéléré. Une expérience qui nous serait apparue comme un fardeau devient la clé qui nous permet de donner du sens à notre vie, tout en aidant ceux qui se trouvent dans la même situation.

Une transformation en chaîne

Prendre la responsabilité de transformer sa vie est le premier pas pour créer une société humaine fondée sur la compassion et le respect de la dignité de la vie de tous.

Comme l’exprime Daisaku Ikeda : « Il y a toutes sortes de révolutions : politiques, économiques, industrielles, scientifiques, artistiques, etc. Mais peu importe ce que nous tentons de changer, le monde ne s’améliorera pas tant que les êtres humains eux-mêmes demeurent égoïstes et manquent de bienveillance. Dans cette optique, la révolution humaine est la plus fondamentale de toutes les révolutions, et la plus nécessaire, pour toute l’humanité. »

En effet, la transformation intérieure d’une personne engendre des changements dans son environnement. Et, alors que l'impact de ces changements individuels se propage tel des ondes à la surface de l'eau, de plus en plus de personnes s'en trouvent affectées positivement. Finalement, la société dans son ensemble bénéficie de la transformation partie d'un seul individu.

Commentaires   

0 #1 Kone 27-06-2017 10:25
Nam myo ho rengue kyo est la clé de tout
Citer
 
En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de navigation, de statistiques de visites, et autres fonctionnalités. En savoir +